Dossier technique

Les truies libres en maternité donnent satisfaction

Les éleveurs qui ont fait le choix de la liberté ne regrettent pas leur choix. Ils sont satisfaits des performances et des conditions de travail.

19309.hr - Illustration Les truies libres en maternité donnent satisfaction
Il y avait 1 600 places en liberté en 2018 ; il y en avait plus de 10 000 en 2022.

Étude Une enquête a été menée auprès de 29 éleveurs, ayant en moyenne 232 truies logées en maternité liberté, pour comprendre leurs motivations et le choix de leur équipement. Différents types de cases sont actuellement utilisés : 12 modèles étaient présentés par les constructeurs au Space, en 2022. Le manque de normes précises sur la taille des cases en est l’une des raisons. Dans les élevages enquêtés, les truies sont conduites en 4,5 et 7 bandes. La grande majorité sèvre à 28 jours d’âge. « Le choix de la liberté s’est majoritairement fait dans le cadre d’un bâtiment à revoir (86 % de bâtiments neufs) et pour anticiper les évolutions réglementaires », indique Nicolas Villain, conseiller à la Chambre d’agriculture, qui a présenté les résultats de l’étude aux Journées de la recherche porcine, à Saint-Malo.  Diverses conduites 18 éleveurs laissent les truies en liberté dès l’entrée en maternité. Ils les bloquent, en majorité, le lundi précédant les mises-bas. « Les autres bloquent dès l’entrée, essentiellement pour des raisons d’hygiène ». La recherche d’une double ambiance, chaude pour les porcelets, fraîche pour les truies et la libération des truies pendant et autour des mises-bas sont des pratiques communes. Les truies sont libérées entre 3 et 20 jours après la mise-bas, avec une majorité autour de 7 jours. Les éleveurs ont majoritairement conservé la génétique des truies. « Dans l’évaluation des systèmes, les critères les moins bien notés sont l’accessibilité et l’intervention sur les porcelets une fois la truie libre et le temps de lavage, plus long. Les critères les mieux notés sont la facilité de contention et de libération de la truie, la facilité de déplacement à l’entrée en maternité et au sevrage ». Certains critères, comme la luminosité ou le côté agréable peuvent être mis en lien avec le bâtiment neuf. Les éleveurs notent également que les truies sont plus…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article