Dossier technique

Les veaux sous leur mère pendant 3 mois

Au Gaec, depuis trois ans, les génisses de renouvellement sont nourries sous leur mère jusqu’à l’âge de trois mois. Une technique gagnante aussi bien sur le temps de travail que sur le sanitaire.

18002.hr - Illustration Les veaux sous leur mère pendant 3 mois
Les veaux suivent les vaches au champ.

Gaec de Nevezadur à Pommerit-le-Vicomte (22) Bruno Le Floch et sa sœur Florence Le Saint ont repris l’exploitation familiale en 1994. Progressivement, dans un contexte de maladie de la vache folle à partir de 1997, ils sont passés à un système laitier herbager qu’ils ont converti en bio en 2018. Aujourd’hui, sur une SAU de 76 ha, l’élevage compte entre 60 et 65 Holstein qui produisent 350 000 litres annuels livrés à Biolait. Alors que les veaux étaient conduits en abris individuels puis petites cases collectives auparavant, depuis trois ans, ils suivent leur mère et se nourrissent en « self-service » quand ils ont faim. Une technique naturelle qui satisfait pleinement les éleveurs et qui répond au cahier des charges en agriculture biologique, demandant l’accès à l’extérieur des veaux. En bonne santé « Ils sont en bonne santé, acquièrent plus rapidement une immunité anti-parasitaire et affichent de bonnes croissances », constate Bruno Le Floch qui met aussi en avant la simplification du travail. Sa sœur occupant des responsabilités à l’extérieur de la ferme (maire) et lui étant pompier, ils embauchent deux salariés à mi-temps. « Avec cette conduite des veaux sous leur mère, il n’y a pas besoin de seaux à remplir, à laver, de curer les niches et les cases… C’est très simple. » Autre avantage, les génisses s’habituent très tôt à la clôture électrique, « c’est un gain de temps considérable ». Un gain sur le temps de travail  Suite au vêlage, les éleveurs vérifient la prise de colostrum par le veau qui reste ensuite auprès de sa mère sur une parcelle ou un espace dédié dans le bâtiment, pendant 2 à 3 jours. « Nous vérifions que le veau tète bien sa mère. » Ensuite, les deux rejoignent le lot des laitières. Toutes les vaches sont traites deux fois par jour (une seule traite le dimanche par contre),…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags : ,
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article