Biosécurité, deux arrêtés avant la fin de l’année

2018 est une année charnière de vigilance et de prévention sanitaire pour la filière porcine. [caption id=”attachment_35496″ align=”alignright” width=”174″] Marcel Corman, OS Porc Bretagne[/caption] « L’année est charnière en matière de prévention et de prise de conscience de l’ensemble des acteurs », précise Marcel Corman, président de l’OS Porc Bretagne. La protection sanitaire du bassin de production était en effet le thème central de l’assemblée générale de la structure, vendredi 8 juin, à Plérin (22).  L’occasion de revenir sur le recensement et les audits en cours des plates-formes de lavage bretonnes et nationales, étude à l’origine d’un guide de bonnes pratiques de biosécurité des transports de porcs vivants diffusé depuis quelques jours. « Nous devrons, pour les prochains mois, accentuer l’information à destination de tous les acteurs ayant un rôle dans la protection de notre bassin de production par rapport aux risques de la peste porcine africaine », prévoit Marcel Corman. Des investissements à prévoir Cet outil devrait aussi aider la filière à répondre en partie à la demande de l’Administration. Cette dernière souhaiterait, à la suite des arrêtés ministériels biosécurité transport et élevage émis en volaille, retranscrire ces démarches dans la filière porcine. Deux arrêtés —un pour l’élevage, l’autre pour le transport— sont ainsi prévus pour la fin d’année. Ils seront accompagnés de la diffusion de fiches techniques avec des échéances fixées pour atteindre les objectifs définis. « Ce dossier est lourd. Il nécessitera des investissements en élevage. Mais nous ne pourrons pas faire l’économie d’une amélioration des pratiques en matière de lavage, de désinfection des camions et en matière d’équipements concernant la biosécurité externe des élevages », insiste Marcel Corman….

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article