Coopératives

AOC Comté : L’échelon transformation aux producteurs

Installé sur une exploitation comprenant un atelier lait de 320 000 L de lait transformé en comté représentant 165 000 € de chiffre d’affaires et un atelier œuf, avec 2 associés et 2 salariés, Daniel Prieur est président de la Chambre d’agriculture du Doubs depuis 2007 et secrétaire général de la FNSEA.

« Nous travaillons actuellement sur les circuits qui permettent de développer la valeur ajoutée, avec les fromageries et les circuits courts », explique le responsable professionnel départemental. C’est un enjeu important pour l’avenir de l’agriculture : « Nous devons être leader sur le marché de la qualité ».

Dans la filière comté, les unités de transformation sont coopératives. Les producteurs restent impliqués dans leur filière. Les entreprises privées achètent du fromage, mais pas du lait. Elles entrent donc dans la filière à l’échelon de l’affinage, où se regroupent 20 acteurs. Mais les fruitières restent confrontées à la transmission des outils et à l’entente des hommes qui la livrent. Alors il s’interroge sur l’avenir. Quel sera le rôle de la fruitière en 2050 ? « Je souhaiterais entre autres que la fruitière puisse se lancer dans la méthanisation en valorisant les effluents d’élevage », évoque-t-il.

Gaëtan Gothière, Guillaume Le Moine

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer