FinistèreProductions Agricoles

La vie en rose pour l’oignon de Roscoff

Les producteurs du légume AOP récoltent en ce moment les parcelles avec de l’avance.

Les bulbes sèchent de 10 à 15 jours dans les champs avant d’être ramassés en conditions favorables. Cet oignon, qui demande un passage manuel obligatoire avant commercialisation selon le cahier des charges de l’AOP Oignon de Roscoff, est soulevé en ce moment : « La lame coupe les racines au plus près du plateau racinaire pour stopper l’alimentation hydrique du bulbe avant que les feuilles ne sèchent complètement, ce qui va dans le sens de la qualité en conservation et de la qualité organoleptique des bulbes », rappelle Claire Gouez, technicienne à la Chambre d’agriculture. Cette opération de soulevage avait lieu l’oignon de semis autour du 20 août en 2013.

Surfaces en augmentation

Les périodes sèches de juin et juillet ont limité le grossissement des oignons du fait d’un stress hydrique, favorable par ailleurs aux attaques de pourriture blanche dues à un champignon du sol : sclérotium cepivorum. C’est pourquoi une dérogation a été accordée par les services de l’Inao : l’arrosage permet en effet de limiter la propagation du champignon qui pose problème dans certaines parcelles particulièrement pour les oignons plantés en motte. Les volumes d’oignons de Roscoff commercialisés en 2013 sont de l’ordre de 1 800 tonnes.

Les quantités pourraient augmenter cette année puisque les surfaces sont en augmentation de 40 %. Dans un contexte économique assez difficile, les producteurs de légumes cherchent en effet à se diversifier. Cependant l’oignon est une culture techniquement assez difficile, en particulier pour la maitrise du désherbage de l’oignon de semis. Par ailleurs, le suivi de fin de culture conditionne la qualité des lots en conservation : intervenir en temps et en heure est essentiel pour un oignon de belle présentation.

Évolution des techniques de désherbage

Le retrait programmé du Totril nécessite d’évoluer au niveau des programmes de désherbage et c’est pourquoi d’autres produits font l’objet d’expérimentation en station. Pour prévenir les problèmes sanitaires, il existe encore des leviers agronomiques, tels que les rotations longues. « Nous travaillons actuellement sur des rotations de 8 ans, cela permet de casser le cycle des adventices et des champignons », explique Jean-Louis Rungoat.

Les pluies enregistrées en ce début de mois limitent les périodes propices au ramassage.  « À l’inverse, une météo trop sèche favorise une fragilité de la queue de l’oignon, limitante pour le tressage », indique Jean-Louis Rungoat, producteur d’oignon AOP à Plouzévédé. Une attention particulière est apportée lors des opérations de récolte, stockage et calibrage. Les différentes chutes et chocs sont ainsi évités par des tapis, plaques isolantes ou carrés de moquettes pour amortir et limiter les blessures. «  La récolte fait l’objet d’autant d’attention qu’une production de pomme », indique l’agriculteur.

Favoriser la conservation

La Chambre d’agriculture propose à tous les producteurs un appui technique collectif par le biais de rendez-vous sur parcelles. En cas de problèmes, les producteurs peuvent solliciter un appui technique individuel par téléphone ou visite sur site selon les cas. « Nous produisons des fiches techniques avec des solutions au niveau désherbage, protection fongique ou pilotage des apports d’azote avec comme finalité une bonne qualité des oignons AOP », relate Claire Gouez.

Le précieux bulbe doit en effet être l’objet de toutes les attentions pour garantir une production répondant au cahier des charges, notamment pour se conserver correctement et avoir une queue résistante à 2 kg de traction : une bonne tenue de queue est essentielle pour le tressage et est gage d’aptitude à la longue conservation. La Chambre d’agriculture travaille en partenariat avec la station expérimentale du Caté et le laboratoire de l’OBS pour identifier les maladies de la culture et trouver des solutions pour mieux les maîtriser. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer