Ille-et-Vilaine

Des mélanges fabriqués à la parcelle

Nouvelles compositions prairiales et pratiques d’exploitation de l’herbe ont été expérimentées par des éleveurs en zone séchante, dans le but de gagner en autonomie fourragère.

« Nous observons des sécheresses régulières sur notre ferme et les prairies ne vieillissent pas bien. Certaines de mes parcelles sont hydromorphes en hiver », souligne un des onze éleveurs laitiers bio engagés dans le projet AEP « Adapter ses prairies en zones sensibles » qui s’est déroulé sur trois ans. En lien avec Agrobio 35, ces exploitations du sud de l’Ille-et-Vilaine ont mené des essais dans l’objectif d’optimiser le pâturage.
« Globalement, les mélanges RGA-trèfle blanc produisent 10 t MS/ha/an : 2/3 au printemps, 1/3 à l’automne. Notre objectif est d’apporter de nouvelles espèces pour combler le déficit estival. Par exemple, le brome de Sitka pousse plus tôt au printemps et en automne ; le lotier corniculé est plus tardif au printemps – début d’été », explique Vladimir Goutiers, de l’Inrae, qui a accompagné le groupe. « Nous avons commencé par réaliser des analyses de sol qui ont montré qu’ils étaient peu à moyennement profonds et présentaient une pierrosité de surface importante », détaille Lauriane Plénière, d’Agrobio 35.

Ensuite, le groupe a utilisé le logiciel Capflor qui permet de concevoir des prairies à flore variée à l’échelle de la parcelle. « Ces mélanges tiennent compte des caractéristiques agroclimatiques et des pratiques de l’éleveur. En pâturage, ils peuvent contenir de 6 à 14 espèces et en fauche, de 5 à 9 espèces. Ils sont testés localement, évalués et en amélioration continue », note Vladimir Goutiers.

Bâtir des références locales

Car la force de cette démarche est de bâtir des références locales en groupes d’éleveurs. L’autre intérêt est de mutualiser l’achat de semences. De nouvelles espèces ont été intégrées : fétuque élevée, plantain, bromes, pâturin des prés, chicorée, lotier corniculé…

Retour 14 jours plus tôt
Les agriculteurs ont tiré des enseignements de leurs essais : mettre davantage de lotier et moins de trèfle blanc par exemple, semer la luzerne au printemps pour une meilleure implantation, semer le brome à 3 cm… « Sur ma parcelle où je récoltais 5 t MS/ha, j’ai eu 10 t MS/ha sur les deux années d’essai », observe un éleveur. Un autre peut pratiquer « un retour des vaches à 21 j contre 35 j habituellement car les mélanges Capflor apportent de la fibre. » Et pour garder la chicorée de façon pérenne, il la laisse grainer sur un cycle de pâturage. Autre acquis : il faut attendre 3 ans avant que le pâturin ne s’exprime vraiment.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer