Cultures

Traitements phytosanitaires : gare aux conditions d’applications !

Les conditions climatiques actuelles incitent à la plus grande prudence dans la réalisation des traitements phytosanitaires.

De très fortes amplitudes thermiques avec des températures mini proches de 0°C

Des amplitudes thermiques de 15° à 20°C sont observées depuis plusieurs jours sur l’ensemble de la région. Ces amplitudes thermiques sont d’autant plus préjudiciables qu’elles se cumulent avec des températures proches de 0°.

Les traitements doivent être réalisés lorsque les températures sont inférieures à 25 °C avec des écarts de températures entre le jour et la nuit inférieurs à 15°C, en particulier en cas de température mini négative. En effet, les faibles températures ralentissent les mécanismes de détoxification ce qui rend les cultures plus vulnérables.

Une sécheresse importante

L’absence de pluie depuis le 25 mars sur l’ensemble de la région conduit à des situations de stress azotés, en particulier pour les parcelles les plus séchantes. Ces conditions peuvent provoquer de fortes phytotoxicités, en particulier suite à l’application des régulateurs à base d’éthéphon.

Des hygrométries défavorables

Les conditions favorables à une pénétration rapide et massive des produits systémiques à travers la cuticule des plantes nécessitent une hygrométrie supérieure à 60 %. Cette hygrométrie favorable limite la volatilisation des gouttelettes et favorise l’hydratation de la cuticule des plantes qui devient ainsi plus perméable

Depuis plusieurs jours, l’hygrométrie observée dans la journée ne dépasse pas 50 %. On ne retrouve des niveaux favorables (> 60% d’hygrométrie) qu’en fin de soirée, jusqu’en début de matinée. C’est aussi sur cette période que le vent est le plus faible, limitant les risques de dérive, dans le respect de la limite réglementaire fixée à 3 Beaufort (12-19 km/h).

En résumé
Régulateurs à base d’éthéphon : STOP ! Ces régulateurs ne pourront être appliqués qu’avec le retour de températures plus clémentes (absence de gel) en s’assurant d’un état de nutrition azoté satisfaisant. Herbicides anti-graminés foliaires : l’application ne doit être réalisée que si l’hygrométrie est favorable dans les 3 heures qui suivent l’application. Fongicides : des marquages peuvent être observés les jours suivants l’application, sans conséquence.

Dans tous les cas, le respect des stades limites d’application est impératif !

Les adjuvants ne peuvent rattraper de mauvaises conditions d’application

La fonction des adjuvants est d’améliorer l’efficacité de certains produits phytosanitaires en favorisant leur absorption par les plantes. Leur intérêt est démontré dans certains cas : l’ajout d’huile est recommandé avec les herbicides foliaires antigraminées (Vip, Puma LS, Axial Pratic…) et certaines sulfonylurées à action anti-graminées (Atlantis WG, Archipel…). Mais pour être efficaces, avec ou sans adjuvants, les traitements doivent être réalisés dans des conditions favorables.

 Pour toute savoir sur la météo de votre région (hygro, T° mini maxi, etc.) Rendez-vous sur notre page météo ! 
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer