Écornage des veaux et cautérisation en sécurité

La tête en céramique permet un bon positionnement sur le cornillon. Seul le fil chauffe. - Illustration Écornage des veaux et cautérisation en sécurité
La tête en céramique permet un bon positionnement sur le cornillon. Seul le fil chauffe.

L’exploitation du lycée agricole de Saint-Aubin-du-Cormier (35) s’est équipé d’un écorneur à embout céramique pour accroître la sécurité et atténuer la douleur des veaux en intervenant tôt. Bien bloqué dans la cage de contention « spéciale veaux », l’animal bouge moins, sa tête est bloquée dans l’anneau/muselière. « La contention, c’est 80 % de la réussite de la cautérisation », lance Cyril Josse, directeur des ventes Kalfarm qui commercialise l’écorneur à embout céramique Horn’up. Récemment, une démonstration était organisée sur l’exploitation du lycée professionnel agricole « La Lande de la Rencontre » à St-Aubin-du-Cormier (35). [caption id=”attachment_25433″ align=”aligncenter” width=”680″] Cyril Josse, directeur des ventes Kalfarm, effectue la cautérisation en 7 secondes.[/caption] Écorner tôt « Auparavant, nous pratiquions l’écornage sur des bovins adultes avec anesthésie. Nous allons aujourd’hui nous équiper d’un Horn’up qui va permettre à l’ensemble des intervenants, y compris les élèves, de travailler avec plus de sécurité. Et nous allons pouvoir écorner tôt », précise Antoine de Vallavieille, directeur de l’exploitation qui héberge notamment un troupeau allaitant naisseur de 37 vaches Blondes d’Aquitaine, en bio depuis avril 2011. Après avoir pris soin de tondre la zone où sont situés les cornillons, Cyril Josse réalise la cautérisation sur le pourtour de ces derniers. Le travail est ensuite vérifié : on doit voir le périoste (membrane blanche gainant l’os). « Si un vaisseau n’est pas cautérisé, il y aura une petite repousse. » Une brûlure circulaire uniforme de 4 à 5 mm de profondeur permet de garantir que le cornillon ne poussera pas. Un coup de spray finalise l’opération, refroidissant la brûlure et limitant le risque d’infection. « Les produits à base d’aluminium semblent être les plus adaptés après une cautérisation. » Seul le pourtour des cornillons chauffe Plutôt que de brûler le cornillon jusqu’à la racine et de chauffer la boîte crânienne, l’appareil permet de…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Tags : ,
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article