Tous à la ferme : Expliquer le métier aux consommateurs

Marc et Dominique Cornec présenteront leur étonnant automoteur de nettoyage. - Illustration Tous à la ferme : Expliquer le métier aux consommateurs
Marc et Dominique Cornec présenteront leur étonnant automoteur de nettoyage.

Les agriculteurs bretons ouvrent les portes de leurs exploitations dans le cadre de la 5e édition de « Tous à la ferme », l’occasion d’échanges fructueux et conviviaux. Rencontre avec 3 de ces agriculteurs communicants.  C’est une multitude de fermes de la région qui s’apprêtent à accueillir les visiteurs en cette fin de juin. Que ce soit en élevage porcin, bovin viande, en production laitière ou en maraîchage, les 23 participants tiennent à montrer le vrai visage de notre agriculture. « Ne parlent bien du métier que ceux qui l’exercent », confie Danielle Even, présidente d’Agriculteurs de Bretagne, organisateur de l’événement. « Les portes ouvertes nous permettent de créer un temps d’échanges, d’entrer en contact avec les consommateurs. Quand ils repartent, les gens sont satisfaits. Il y a une population proche des exploitations qui méconnaît nos métiers, et elle est en général surprise de la qualité et de notre sensibilité vis-à-vis de l’environnement », explique Michel Gallou, agriculteur à Taulé et pilote de l’opération. [caption id=”attachment_27404″ align=”aligncenter” width=”680″] Anne-Laure Kerbrat, au centre, entourée de Danielle Even et de Michel Gallou.[/caption] La tomate éclaire les chaumières Anne-Laure Kerbrat produit des tomates en grappe sur Taulé. La communication, elle en fait son cheval de bataille. En saison, elle embauche 65 personnes, saisonniers compris. « Il m’arrive d’arrêter le travail pour expliquer le métier, montrer comment les bourdons pollinisent, comment nous luttons biologiquement contre les aleurodes ». Mais les 9 ha de serres tenus par la jeune femme, son mari et son beau-frère ont d’autres secrets à livrer lors de cette journée. Avec 2 unités de cogénération, « l’installation fournit l’équivalent de la consommation en électricité de la commune ainsi que de celle de Saint-Pol-de-Léon ». Le développement de cette activité a même été un levier pour le territoire, en alimentant les maisons…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article