Élevage

Un nouvel index « précocité sexuelle » en Charolaise

En race charolaise, les éleveurs peuvent désormais choisir des taureaux d’insémination artificielle amenant de la précocité sexuelle à leurs femelles de renouvellement, dans l’objectif de vêlages à 24 mois.

L’indexation « précocité sexuelle » a été développée sur 2022 par Charolais Univers et Eliance, partenaires de l’UMTeBis. « À partir de cet automne, elle est disponible sur 25 taureaux du nouveau catalogue Charolais Univers avec des niveaux de CD supérieurs à 0,3 », informe Manon Gicquel, cheffe du projet. La précocité sexuelle est un caractère « relativement héritable », un atout pour diminuer l’âge au vêlage des génisses. Par exemple, le potentiel génétique d’un taureau tel que Jogging ayant un index à 109 (CD 0,72) se traduit par un âge à la 1re chaleur avancé d’une vingtaine de jours.

Cette nouveauté est issue du programme Ferti 38 développé par Charolais Univers afin d’élaborer des index de sélection autour de la reproduction. Ce projet a été lancé en 2018 en collaboration avec 15 éleveurs du noyau de sélection répartis dans plusieurs zones de France et engagés sur 5 ans. Ils ont équipé leurs cheptels de colliers d’activité (Heatime), à partir de 8 mois pour les génisses selon les possibilités.

Au total, plus de 21 millions de données d’activité ont été enregistrées depuis 2018, complétées d’observations des éleveurs qui confirment ou précisent les informations. S’agissant des chaleurs, près de 15 000 évènements ont été enregistrés à ce jour sur l’ensemble des femelles équipées, dont près de 1 700 sur des génisses de moins de 15 mois. Les données sont mises en parallèle avec des génotypages.
« Sur une population de référence de 781 génisses, nous avons mis en évidence un âge moyen à la première chaleur de 14,8 mois, avec une grande variabilité. Faire progresser leurs cheptels sur ce caractère est donc possible pour les éleveurs via la génétique », souligne la responsable.

Vers un index « expression des chaleurs » ?

À l’heure actuelle, les éleveurs continuent à collecter les données de reproduction afin d’enrichir la population de référence et de proposer à l’avenir une indexation pour les femelles charolaises. D’autres indexations pourraient voir le jour dans le cadre du projet Ferti 38 : sur l’expression des chaleurs et un index de synthèse améliorateur sur la reproduction.

Levier économique et écologique
Accroître la part des génisses vêlant à 2 ans au lieu de 3 ans permet d’augmenter le nombre de vêlages de 5 à 10 % sans modifier la structure d’exploitation et sans bouleversements des pratiques, ce qui va dans le sens d’une meilleure efficacité économique des exploitations, d’après les études menées à la ferme expérimentale de Jalogny (Farrié et al., 2008). Autre avantage, la diminution de l’âge au vêlage est une des stratégies les plus efficaces pour diminuer l’empreinte écologique de l’élevage bovin allaitant, permettant une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 8 à 10 % (selon N’Guyen et al., 2013).
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer