Campagne en scène

La tête dans les étoiles

Sortir la nuit. Sortir la nuit et pousser les portes du grand écran céleste en s’enfonçant dans l’obscurité intacte qu’offrent encore les derniers espaces de campagne préservés de la pollution lumineuse des villes. Sortir la nuit pour goûter au noir profond du cosmos qui s’éclaire bientôt de la myriade d’étoiles de la voie lactée. Vous y êtes.

Debout dans un champ ou allongé sur l’herbe, vous pouvez entamer le voyage sidéral qui vous téléporte dans l’univers, à des années-lumière, à la lumière de la vie. Les soirs sans nuage, les soirs sans lune, le spectacle est dans le ciel, le spectacle est pour les yeux. Les générations précédentes le savaient. Pas un soir sans que, dehors, le paysan ne s’enrichisse de ce spectacle gratuit qui ouvre les horizons. Plus loin dans le passé, ses ancêtres préhistoriques vivaient le ciel encore plus intensément. Assis à l’entrée de leur grotte, il leur suffisait de tendre la main pour caresser la constellation du taureau, du cygne, ou de bêtes terrifiantes qu’ils croyaient y déceler.

Dans le ciel, les hommes des cavernes projetaient ce qu’ils étaient, ce qu’ils rêvaient, ce qu’ils craignaient. Et le mystère. Et leur mystère. Aujourd’hui, la nuit n’est plus rêve, elle est effroi, elle est la grande invisible du XXIe siècle, engloutie par le trou noir du petit écran qui, 90 cm de diagonale tout compris, dicte sa vision d’un monde, de son monde. Amis ruraux, vous qui avez encore le privilège de pouvoir observer les étoiles, sortez la nuit et construisez le monde à votre dimension. Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer