En bref

BASF reprend une partie des activités semences et herbicides non sélectifs de Bayer

BASF a signé un accord en vue du rachat d’une partie importante de l’activité semences et herbicides non sélectifs de Bayer. Bayer souhaite céder ces actifs dans le cadre de son projet d’acquisition de Monsanto. Le rachat est proposé pour 5,9 milliards d’euros en numéraire, sous réserve de certains ajustements à la clôture de l’opération.

Communiqué BASF du 13 octobre

Le rachat porte sur l’intégralité de l’activité de Bayer sur le segment des herbicides non sélectifs à base de glufosinate d’ammonium, commercialisés sous les marques Liberty®, Basta® et Finale®, ainsi que sur ses activités de semences destinées aux principales cultures industrielles sur certains marchés. Ces activités semences comprennent :

  • les hybrides de colza de printemps de marque InVigor®, utilisant la technologie d’expression génétique LibertyLink®  en Amérique du Nord ;
  • le colza non OGM sur les marchés européens principalement ;
  • le coton non OGM en Europe et OGM sur le continent américain ;
  • le soja sur le continent américain.

La transaction inclut la branche de recherche et de sélection variétales de Bayer concernant les cultures cédées, ainsi que la technologie génétique et la marque LibertyLink®.

Sur l’ensemble de l’année 2016, les activités concernées par la cession par Bayer ont réalisé un chiffre d’affaires d’environ 1,3 milliards d’euros et un excédent brut d’exploitation (EBITDA) d’environ 385 millions d’euros. La transaction est subordonnée à la conclusion de l’acquisition de Monsanto par Bayer et à l’approbation des autorités compétentes. Elle devrait être conclue au premier trimestre 2018.

« Grâce à cet investissement, nous saisissons l’opportunité d’acquérir des actifs très attrayants sur des marchés clés dans le domaine des cultures industrielles. Ce sera un complément stratégique aux compétences reconnues de BASF dans la protection des cultures, ainsi qu’à nos propres activités de biotechnologie », a déclaré Dr. Kurt Bock, président du conseil d’administration de BASF SE. « L’acquisition renforcera encore notre offre de solutions agricoles, qui est un pilier essentiel du portefeuille du groupe BASF. »

Renforcement de l’équipe commerciale

BASF devra intégrer plus de 1 800 salariés de Bayer parmi ses équipes commerciales, R&D, ainsi que les équipes semences et de production. Ces salariés sont principalement situés aux États-Unis, en Allemagne, au Brésil, au Canada et en Belgique. BASF devra également reprendre les infrastructures de production et de formulation de glufosinate d’ammonium en Allemagne, aux États-Unis et au Canada, de culture de semences en Amérique et en Europe, ainsi que de recherche génétique aux États-Unis et en Europe.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer