Élevage

Les brosses rotatives ont remisé les lavettes au placard

Grâce à l’installation d’un appareil à brosses pour nettoyer les trayons, la traite est plus rapide et plus d’une heure de travail par jour est économisée grâce à l’abandon des lavettes.

« Quand on trait plus de 100 vaches, travailler avec des lavettes devient une galère », démarre Isabelle Moy installée en Gaec, à Trédaniel (22). À l’installation de deux nouveaux associés en mai 2012, le cheptel a doublé. Deux ans plus tard, la décision a été prise d’investir (« environ 7 000 € ») dans un système automatisé repéré au Space à Rennes.

Moins dur physiquement

L’équipement Pulisistem F60 est assez simple et rappelle la technologie de nettoyage utilisée sur certains concepts de robot de traite : « Nous opérons trayon après trayon. Au premier passage, nous appuyons sur une gâchette qui commande la distribution d’une solution tiède contenant un produit lavant et désinfectant. Combinée à l’action des trois brosses (deux latérales pour nettoyer le corps du trayon jusqu’à sa base, la troisième inférieure pour prendre soin du sphincter), la peau est propre en quelques secondes. » Un second passage est effectué, sans produit cette fois, pour sécher les trayons.

Après 3 ans d’utilisation, les éleveurs sont ravis. « En fait, j’économise déjà plus d’une heure de travail par jour qui était dédié au seul nettoyage des lavettes. Ensuite, chaque traite a été raccourcie de 15 minutes (pour 110 vaches) car ce procédé est plus rapide que le recours à la lavette. Et puis, dans la fosse, il n’y a plus de seaux à traîner, l’espace est libre pour se déplacer. Enfin, dans une traite faite de mouvements répétitifs, le recours au lave trayons est beaucoup moins fatigant physiquement… », résume Isabelle Moy.  

« Moins de risque de contamination croisée »

Isabelle Moy apprécie le gain de temps et la facilité d’utilisation du système de nettoyage des trayons.
Isabelle Moy apprécie le gain de temps et la facilité d’utilisation du système de nettoyage des trayons.

Son associé Romain Presse y voit encore un autre intérêt. « En cas de mammite, la main du trayeur n’est pas en contact avec la mamelle. Cela limite le risque de contamination croisée. Et puis, après chaque lot de vaches, le système est reposé sur son support où pendant 8 secondes, il reçoit une double-injection de produit désinfectant pour s’assurer que les brosses soient bien propres avant de nettoyer les trayons du groupe de vaches suivant. » Aucune dégradation de la qualité du lait n’a d’ailleurs été remarquée suite à l’installation du lave trayons.  

La simplicité du matériel est appréciée. Un moteur suspendu, un câble qui évite que la tête nettoyeuse pèse sur le bras du trayeur. Tous les deux mois, les brosses sont remplacées, ainsi que le bidon de 20 L de produit nettoyant. « Actuellement, nous testons une nouvelle spécialité homologuée en bio pour anticiper notre conversion qui démarre dans un mois. Il était important de trouver une solution car on ne peut plus se passer de ce nettoyeur. Il a été en panne récemment : reprendre les lavettes a été une catastrophe. »

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer