Dossiers

Le point sur les équipements de traite actuels

La vitesse de renouvellement des systèmes de traite n’évolue pas : tous les 20 ans environ. Et 2016 n’a pas vu de baisse des investissements selon les chiffres du Crocit Bretagne. La tendance a même été « moins de rénovation pour plus d’installations neuves », note son directeur Olivier Rosat. Malgré la crise du secteur laitier, l’effet levier des aides PCAEA a très certainement pesé dans la balance.

Sur le créneau de la salle de traite traditionnelle, est observé un recul de l’épi au profit de la TPA. « Quant au marché du roto, il ne décolle pas dans la région. 11 inaugurations en 2016 contre 21 l’année précédente. Il reste un matériel coûteux, maçonnerie comprise, s’il n’est pas amorti par des troupeaux de plusieurs centaines de vaches en tournant pendant les deux tiers de la journée. Ce n’est pas l’équipement des troupeaux bretons actuels, ce le sera peut-être demain ou après-demain », relativise l’observateur. En fait, en termes d’installations neuves, le robot reste toujours très majoritaire : « 138 exploitations sur les 253 qui ont investi en 2016. C’est plus de 50 % du marché. » Et ce n’est pas tout. « Depuis 5 ans, le robot représente 20 à 25 % du marché de l’occasion. 16 installations en 2016. Ce n’est pas négligeable. »

Au sommaire de ce dossier :

 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer