DossiersTop

Nutrition & robot de traite : Tous les chemins mènent à l’herbe

Plus de robots et plus d’herbe

À l’arrivée des premiers robots en France, la traite automatisée avait d’abord véhiculé l’image d’un système optimisé par le zéro-pâturage, quand les vaches restaient toujours en bâtiment à proximité des stalles. Pour autant, les prairies n’avaient pas forcément disparu des assolements, valorisées par l’affouragement en vert ou sous forme de stocks conservés en enrubanné ou en ensilage. Car, comme le rappelle Florian Couchet, consultant spécialisé, l’apport d’herbe dans les rations à base d’ensilage de maïs fonctionne bien et est favorable aux taux.
Et puis, peu à peu, la question du pâturage est assez naturellement revenue sur le tapis alors que la traite robotisée se vulgarisait. Des éleveurs ont expérimenté et essuyé les plâtres. Les fermes expérimentales des Chambre d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire, à Trévarez (29) (en zone arrosée) ou à Derval (44) (sur stalle saturée en zone séchante) ont produit des références.
Aujourd’hui, alors que les robots représentent désormais plus de la moitié des installations de traite neuves bretonnes, producteurs de lait, conseillers et installateurs savent rendre complémentaire l’automatisation et l’approche herbagère. D’autant que le prix des correcteurs azotés crève le plafond et pousse à réfléchir sur l’autonomie protéique, par exemple en progressant sur la gestion des prairies.

Au sommaire de ce dossier :

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer