Élevage

Réduire le taux d’ailes cassées à l’abattoir

Les éleveurs du Gaevol vont travailler sur la réduction du taux d’ailes cassées des poulets. Un bilan sera fait avec l’abattoir dans 6 mois.

« Pour 2022, afin de répondre aux attentes de nos clients et partenaires abattoirs, nous avons deux gros projets qui sont le respect des calibres et la réduction du taux d’ailes cassées », indique une vétérinaire de Sanders Bretagne lors de l’assemblée générale du Gaevol qui s’est déroulée jeudi 24 mars à Pontivy. Les aviculteurs n’ont pas bien pris cette nouvelle exigence sur le pourcentage d’ailes cassées à respecter. « Nous aurons un bonus de 2 €/tonne si le pourcentage d’ailes cassées est inférieur à 3 %. De 4 à 8 % il n’y aura rien, de 8 à 15 % le malus sera de 5 €/tonne et si ça dépasse 15 % nous aurons -10 €/tonne de poulet sorti poulailler. Maintenant que tout le monde est bon sur les pododermatites on nous attaque sur les ailes cassées », lance un éleveur dans la salle. Une enquête a été réalisée pour faire un point sur les raisons qui peuvent conduire à avoir des ailes cassées.

De meilleurs résultats en ramassage manuel

« Ce phénomène est souvent mis en relation avec le type de ramassage. Le ramassage manuel donne globalement moins de pourcentage d’ailes cassées avec une moyenne à 4,24 %. Malgré tout, il s’avère que le ramassage mécanique donne une répartition très hétérogène des résultats avec une moyenne légèrement supérieure à 6 %. Cette hétérogénéité prouve qu’il est possible d’avoir un très faible pourcentage même en ramassant à la machine. Il est important de préciser que le ramassage mécanisé est indispensable pour la filière avicole, à l’échelle du Gaevol c’est 30 % du ramassage des mâles », indique le correspondant aliment volaille
de Sanders Bretagne.

Le pourcentage d’ailes cassées est corrélé au poids vif des animaux abattus et à l’âge d’abattage, deux indicateurs qui sont intimement liés. La vitesse de croissance, l’indice de consommation, le GMQ, les pododermatites… n’ont pas d’impact sur le taux d’ailes cassées.

Un poids cible à 3,3 kg pour les mâles

« Nous avons établi un graphique pour faire le lien entre le pourcentage d’ailes cassées et le poids vif. Plus le poids le poids augmente plus le pourcentage se dégrade. Entre des poulets mâles à 3,3 kg et d’autres à 3,5 kg, nous avons 1 % d’ailes cassées en plus. Nous avons fait la même observation avec des femelles qui ont des poids inférieurs. Il est important de repréciser que le poids cible à l’abattoir est de 3,3 kg. » 

Proposer des solutions avant de pénaliser
Un éleveur indique que le taux d’ailes cassées peut aussi être mis en relation avec le modèle des containers dédiés à l’enlèvement. Il ajoute que les ramassages de nuit se passent aussi beaucoup mieux que lorsque les animaux sont bien réveillés en journée. Un autre éleveur poursuit : « Pourquoi nous pénaliser avant d’essayer de trouver ou nous proposer des solutions ? Nous sommes d’accord de travailler à l’amélioration de ce taux d’ailes cassées mais nous ne voulons pas des malus. » La représentante de l’abattoir précise que c’est un essai sur 6 mois et qu’un bilan sera fait fin août.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer