Productions Agricoles

Un bloc post-sevrage tout confort chez Olivier Guédez

La SCEA de Kerforn, à Briec (29), présentait son nouveau bâtiment de maternité et de post-sevrage, le 19 décembre dernier.

L’occasion, pour les visiteurs, de découvrir quelques aménagements pensés pour économiser de l’énergie et assurer un confort maximal aux animaux. « Les anciennes maternités étaient vétustes », explique Olivier Guédez, adhérent au groupement porc Triskalia, qui gère son élevage de 210 truies, conduit en 7 bandes, avec son salarié.

Deux salles de maternité de 30 places et six salles de PS de 192  places ont été construites. La nouvelle gestante (petits lots en bat-flanc) a été aménagée dans le prolongement d’un bâtiment existant. L’exploitation compte une centaine d’hectares. Tous les aliments, à l’exception du 1er âge, sont fabriqués sur la ferme. Visite en images. Bernard Laurent

La distribution dans les auges, en maternité, se fait grâce à des vannes classiques à membrane
La distribution dans les auges, en maternité, se fait grâce à des vannes classiques à membrane

La distribution dans les auges, en maternité, se fait grâce à des vannes classiques à membrane (Esvan). Les commandes électriques sont déportées dans une armoire à l’extérieur des salles. Le fait qu’il n’y ait pas d’électrovannes dans les salles permet d’éviter toute dégradation par l’humidité ou les désinfectants. Cela assure également des interventions de dépannage éventuelles sans déranger les animaux tout en limitant les risques sanitaires (biosécurité). Les descentes translucides ont un petit diamètre. Elles sont faciles à démonter (lavage, désinfection). Ce diamètre réduit permet d’éviter les dépôts et l’encrassement (la soupe descend de manière homogène et racle le tuyau sur toute sa surface).

Les post-sevrages sont équipés d'un système d'alimentation multiphase qui dessert des nourrisseurs classiques en inox
Les post-sevrages sont équipés d’un système d’alimentation multiphase qui dessert des nourrisseurs classiques en inox

Les post-sevrages sont équipés d’un système d’alimentation multiphase qui dessert des nourrisseurs classiques en inox. Les 50 porcelets les plus légers de chaque bande sont toutefois alimentés par un Rondomat (Fancom), avec sonde de niveau pour assurer la fraîcheur de l’aliment et éviter le gaspillage. Ce Rondomat (un par bande) est installé entre deux cases de 25 animaux. La distribution simultanée d’eau et d’aliment stimule les animaux autant que sa présentation sous forme de bouillie. Selon l’éleveur, qui a visité d’autres élevages équipés du même matériel, les petits porcelets rattrapent les moyens, qui sont alimentés aux nourrisseurs classiques, grâce à l’augmentation de l’ingéré. Le Rondomat coûte environ quatre fois plus cher qu’un nourrisseur classique, ce qui explique qu’il soit réservé aux porcelets les plus petits.

La ventilation centralisée du bâtiment capte l'air vicié des salles et le fait passer sous le laveur d'air
La ventilation centralisée du bâtiment capte l’air vicié des salles et le fait passer sous le laveur d’air.

La ventilation centralisée du bâtiment capte l’air vicié des salles et le fait passer sous le laveur d’air. En passant, il réchauffe des tubes de 4 m de longueur, où circule l’air frais entrant dans la porcherie. Cet air vicié passe ensuite dans le laveur situé au-dessus des tubes. L’eau de lavage qui tombe humidifie les tubes et renforce l’échange de chaleur. L’air réchauffé (d’une dizaine de degrés par temps froid, sortant des tubes, arrive dans le local (de la pompe à chaleur) et remonte dans les combles au-dessus des salles de post-sevrage (les combles du bâtiment sont séparés en deux zones pour ne pas réchauffer l’air entrant dans les maternités). Une pompe à chaleur récupère les calories dans l’eau de lavage pour alimenter un réseau d’eau chaude qui chauffe les plaques de maternité et des aérothermes en PS (équipement Guillou Frères).

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer