CoopérativesMorbihan

Les Cuma répondent aux besoins de main-d’œuvre

Les coopératives de matériel permettent aux adhérents de bénéficier d’une main-d’œuvre qualifiée. Les prochaines réunions seront l’occasion d’évoquer cette problématique.

Dès la semaine prochaine, les adhérents des Cuma du Morbihan sont invités à des réunions d’échanges dans lesquelles sera abordée la problématique de la main-d’œuvre dans les exploitations. Divers témoignages montreront que les Cuma apportent des solutions à des agriculteurs de plus en plus contraints par le temps. La Cuma des 5 clochers, au Roc-Saint-André, propose, dès cette année, une prestation complète de désherbage mécanique. Elle vient d’acheter une bineuse, une herse étrille et une houe rotative.

Ses salariés seront formés pour travailler avec ces outils. « Nous devons évoluer, anticiper. Le potentiel, pour le désherbage du maïs est de 280 hectares », indique Jean-Michel Roger, président de la FDCuma et adhérent de cette coopérative. « En amont, nous connaîtrons toutes les dates de semis des adhérents intéressés, pour anticiper les chantiers. Avec les outils de communication actuels, le salarié pourra intervenir rapidement, à une période relativement creuse en termes de gros travaux de culture ». La prestation peut séduire, d’autant plus qu’il faut se préparer à une réglementation de plus en plus contraignante dans le domaine des traitements phytosanitaires.

Voir aussi :  Faner pendant que la Cuma fauche

Groupement d’employeurs

Dans le nord-ouest du département, les adhérents des deux Cuma « matériel » de Guiscriff et de Roudouallec vont pouvoir profiter de prestations complètes pour divers travaux grâce à la collaboration avec la coopérative intégrale de Gourin qui a déjà des salariés. « Dans ce cas, c’est le travail en inter-Cuma qui permet d’élargir l’offre pour les adhérents et qui leur permet de libérer du temps pour se consacrer à d’autres tâches sur leurs exploitations ».

À Férel, la création d’une activité groupement d’employeurs dans une Cuma « matériel » a permis à deux adhérents d’embaucher un salarié en commun. Bref, les coopératives évoluent et anticipent pour répondre aux nouvelles demandes. Elles communiqueront sur ces thèmes lors des quatre réunions programmées (voir par ailleurs). Elles présenteront également l’outil de communication Cumalink qui permet de localiser les Cuma, de connaître les caractéristiques de leurs différents matériels et de favoriser les échanges.

Les rendez-vous des Cuma
  • Mercredi 7 février aux Ets Somia, zone de Bonvallon à Guénin.
  • Jeudi 8 février à La Ville aux Figlins, au Roc-Saint-André.
  • Jeudi 22 février à La Bonne Façon, à Nivillac.
  • Mardi 27 février, zone de Guerneac’h, à Gourin.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Fermer