CulturesProductions Agricoles

Maïs grain : des rendements en retrait

Les récoltes de maïs grain se terminent. Nous pouvons faire le bilan des essais variétaux menés par le service agronomique et les techniciens de Triskalia, en partenariat avec leurs adhérents. Après de très bons rendements en 2014, ceux de la campagne 2015 marquent légèrement le pas.

Dans l’ensemble, les rendements bretons sont satisfaisants, bien qu’en baisse par rapport à 2014. Certaines situations ont été très pénalisées, notamment à l’Est, par un déficit de pluviométrie et par des sols légers.

Une météo peu favorable

Comme pour les maïs ensilages le début de campagne a parfois été compliqué. Les semis de fin avril ont été fortement pénalisés par les pluies intenses survenues à ce moment. Le mois de mai s’est avéré trop frais pour permettre un développement optimal. De nombreuses zones, dans tous les départements bretons, ont connu des déficits hydriques durant le mois de juillet. Les situations les plus précoces à floraison et celles avec les plus faibles réserves hydriques en ont souffert. Le mois d’août, largement arrosé, a permis d’assurer la fécondation dans les zones plus tardives. Dans l’ensemble le remplissage s’est plutôt bien déroulé. Douce et sèche, la météo du mois d’octobre a été favorable à la finition des maïs. En revanche, les précipitations importantes de novembre ont freiné la maturation du maïs grain.

Une collecte compliquée

Beaucoup de parcelles ont été moissonnées dans des conditions difficiles, compte tenu des précipitations de novembre. Cela se ressent sur la collecte, qui est particulièrement humide et va nécessiter un séchage important. De plus, dans certaines situations, le sol sera difficile à reprendre. Cette fin de cycle a été favorable aux maladies comme la fusariose. Les conditions douces de fin octobre suivies d’un mois de novembre pluvieux et de récoltes tardives peuvent laisser craindre une recrudescence des mycotoxines. Les difficultés rencontrées au moment de la collecte, associées à un prix du grain toujours faible concluent cette campagne pour le moins morose. Le choix variétal, et notamment la précocité, est essentiel pour assurer rendement et qualité. Un indice plus précoce permettra de récolter plus tôt en minimisant l’exposition à la fusariose et en favorisant l’implantation de la culture suivante.

L’innovation assure

Cette année, 29 essais en maïs grain ont été menés sur toute la Bretagne, en micro-parcelle ou en grande bande. Ces essais permettent de tester les variétés, nouvelles et anciennes, dans toutes les conditions pédoclimatiques de la région. Dans le groupe des précoces, le Katarsis fait une très bonne entrée en gamme en terminant premier de sa série. Dans les demi-précoces, nous retrouvons le DKC 3450 qui, après avoir fini en tête de sa série en fourrage est sur le podium en grain. Nos essais sont aussi l’occasion de comparer les variétés sur d’autres critères que le rendement, comme le poids spécifique (PS) et la teneur en protéine. Sur ces derniers, les écarts peuvent être importants. Une analyse pluriannuelle des taux de protéines va nous permettre de classer nos variétés sur ce critère. Charlotte Carn & Benoît Camus /Triskalia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer