Productions Agricoles

Maïs ensilage : finalement ça passe !

Après les céréales cet été, retrouvons le réseau d’essais Triskalia pour faire le point sur les résultats des variétés de maïs ensilage.

Une année tardive, un retard accumulé dès le début du cycle

Les semis 2015 ont été réalisés majoritairement sur deux périodes : sur la deuxième quinzaine d’avril ou après le 10 mai. Les parcelles semées autour du 27-28 avril ont largement peiné à lever, suite à de forts abats d’eau (jusqu’à 120 mm dans les quelques jours qui ont suivi). Dans ces conditions défavorables les levées ont pu durer jusqu’à 3 semaines. Les températures, plutôt froides sur le mois de mai, ont freiné la croissance des jeunes plantules. Cela a favorisé les attaques de ravageurs (notamment de mouches) qui ont pu faire des dégâts importants.

Concernant les pyrales, la tendance des dernières années se confirme, elle est désormais bien présente dans notre région et gagne du terrain à l’Ouest, touchant même le Finistère. À l’Est, les dégâts ont pu dépasser 30 % de plantes touchées. Aux portes de l’été, les maïs comptent 7 à 10 jours de retard, qui ne seront pas rattrapés jusqu’à la récolte.  Le stress hydrique intervenu avant la floraison, à partir de mi-juin a fortement pénalisé certaines parcelles, particulièrement dans des sols superficiels. La floraison s’est déroulée dans des conditions globalement correctes, suite aux précipitations de fin juillet. Les conditions fraîches et arrosées de fin août – début septembre ont ralenti l’évolution des maïs, présageant des récoltes tardives. Heureusement, les températures d’octobre ont permis une bonne maturation et de bonnes conditions de récolte.

Des rendements satisfaisants

Les rendements sont généralement satisfaisants, contrairement à ce que laissait craindre le début de campagne. Les synthèses présentées ci-contre et ci-dessous sont le fruit de 51 essais de variétés de maïs fourrages menés à travers toute la Bretagne. Parmi les variétés très précoces (indices < 250), les références, notamment Mallory, sont au rendez-vous en rendement ainsi qu’en vigueur de départ. Ce dernier critère est particulièrement surveillé dans les essais. Dans le créneau des précoces (indices compris entre 250 et 290), les variétés à potentiel plus élevé se placent devant. Deux nouveautés rejoignent la gamme dans le groupe B2 cette année : le RH 14008 et DKC 3450, qui termine premier de sa série.

Une qualité satisfaisante

Les conditions météo ont été favorables au remplissage du grain et cela se ressent sur les taux d’amidons qui sont plutôt élevés. Les rendements en baisse amènent une concentration de l’azote et de bons taux de protéines. Dans l’ensemble la qualité des fourrages est bonne avec des maïs peu encombrants. Charlotte Carn & Benoît Camus / Triskalia

 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer