Nurserie : moins de pénibilité, plus d’efficacité

16178.hr|16179.hr|16180.hr - Illustration Nurserie : moins de pénibilité, plus d’efficacité
De gauche à droite

Pour faciliter les soins des veaux de plus en plus nombreux, le Gaec Joly, basé à Saint-Congard dans le Morbihan, a opté pour la construction d’une nurserie sur-mesure. Ici, bien-être animal et humain sont intimement liés.  Pour Roseline, Jean-Yves, Jonathan et Kevin Joly, du Gaec du même nom, le bien-être animal passe notamment par celui de l’éleveur. Une philosophie que l’on retrouve dans leurs choix techniques. Robotisation de la traite en 2019, installation de robots d’alimentation en 2022 ; les éleveurs souhaitent gagner en flexibilité, réduire la pénibilité au travail, tout en maximisant leurs performances. Seulement voilà, « avec l’installation des robots, le troupeau s’est agrandi, nous avions de plus en plus de naissances à gérer. Or, nous n’avions pas de lieu qui leur était dédié. Il y avait des niches à veaux un peu partout, ce qui ne facilitait pas le travail », explique Jonathan Joly, en charge de l’élevage des veaux et des génisses. C’est pourquoi, en 2019, les quatre associés ont fait construire une nurserie sur-mesure, pouvant accueillir jusqu’à une centaine d’animaux. [caption id=”attachment_80877″ align=”aligncenter” width=”720″] Case individuelle Cultivert.[/caption] Un bâtiment fonctionnel La nouvelle nurserie a été entièrement imaginée et aménagée par les éleveurs. « Nous avions certaines attentes et contraintes auxquelles nous ne voulions pas déroger. Nous souhaitions notamment pouvoir rentrer facilement dans les cases. Nous avons donc ajouté des passages d’hommes un peu partout. Nous avons dû nous creuser la tête avec Fabrice Bernard, notre technicien Cultivert, en charge de l’aménagement, pour incorporer ces passages, tout en restant sur des cornadis de dimension standard », explique l’agriculteur. Ainsi, l’aménagement du bâtiment a été entièrement pensé pour faciliter les mouvements des animaux et des hommes. Il est séparé par deux couloirs ; l’un est destiné à l’alimentation solide, où passe aujourd’hui le robot d’alimentation, l’autre est dédié à l’alimentation lactée des jeunes…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article