ÉlevageSur abonnement

Un gramme de fèces d’un malade suffit à contaminer jusqu’à 1000 veaux

« C’est sur les facteurs de risque de diarrhées qu’il y a souvent à travailler et de la sérénité à gagner. Le préventif paye toujours », insiste la vétérinaire. « Le germe n’est pas tout. Et donc les traitements non plus… », démarre Dr Virginie Lézé. Dans les élevages, les pathologies sont souvent polyfactorielles, surtout…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer