Élevage

Vérifier son éligibilité à l’éco-régime de la nouvelle Pac

En bovin viande, beaucoup d’élevages seront éligibles au nouvel éco-régime de la Pac 2023 – 2027, non obligatoire mais important financièrement. Attention toutefois pour les systèmes intensifs ayant moins d’herbe.

Alors que le paiement vert de la Pac précédente va être intégré au DPB (droit à paiement de base), une nouveauté vient prendre sa place dans les aides du 1er pilier de la Pac qui entrera en vigueur en 2023 : l’éco-régime également appelé éco-scheme. Non obligatoire, ce dispositif constitue cependant une part non négligeable des aides de la Pac.

Trois voies d’accès à cet éco-régime

« Une bonne partie des éleveurs de bovins viande en bénéficieront sans changer leur système », rassure Élodie Brachet, conseillère en viande bovine à la Chambre d’agriculture, qui est intervenue lors de l’assemblée générale Salers de l’Ouest le 13 avril à Orgères. Mais mieux vaut s’y intéresser dès à présent pour s’en assurer. Trois entrées au choix donnent accès à l’éco-régime (les pratiques, les certifications et l’infrastructure agroécologique) avec deux niveaux d’aides : 76 €/ha (niveau 2) ou 54 €/ha (niveau 1).
Via l’entrée « pratiques », les éleveurs de viande bovine atteindront facilement les 5 points demandés pour bénéficier du niveau d’aide le plus élevé grâce à leur part de prairies. 30 à 50 % de prairies temporaires et jachères sur les terres arables vaut déjà 3 points, pour 50 % et plus : 4 points. Il suffira ensuite d’ajouter une culture et on atteint les 5 points.
« Les agriculteurs en certification ou conversion bio bénéficieront directement des aides de niveau 2 tout comme les certifications HVE. Un bonus haies de 7 €/ha est possible pour les entrées ‘pratiques’ et ‘certifications’. Il demande 6 % ou plus de haies dans la SAU et dans la surface en terres arables. Une certification haie (pas encore définie) sera demandée ».

Aides aux bovins de plus de 16 mois

Deuxième volet de la Pac important pour les éleveurs de viande bovine : les aides couplées désormais à l’UGB. La demande d’aides UGB se fera entre le 1er janvier et le 15 mai. La date de référence se situera 6 mois après et au plus tard le 15 novembre. Les aides seront basées sur le nombre de bovins de plus de 16 mois, présents sur l’exploitation depuis plus de 6 mois avant la date de référence. S’y ajouteront les bovins vendus pour abattage avant la date de référence sous certaines conditions.
Le soutien couplé aux légumineuses fourragères pourra aussi être intéressant, prévu à environ 150 €/ha en 2023. « Les cultures éligibles seront les légumineuses fourragères pures (luzerne, trèfle…). Les mélanges légumineuses -graminées seront éligibles uniquement l’année du semis. »

« Phénopointage » en Salers
Élodie Borne, directrice de Salers Évolution (OS), a abordé le projet de pointage morphologique automatisé porté par l’Idele et France Conseil Élevage qui devrait être opérationnel en octobre. Un portique équipé de caméras permettrait de réaliser le pointage des broutards. « Nous sommes pour le moment réfractaires à ce dispositif car le timing nous paraît trop court. Par ailleurs, les aptitudes fonctionnelles ne seraient pas prises en compte. Nous allons travailler sur un cahier des charges adapté aux besoins de notre race. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer