CoopérativesMorbihan

La coopérative laitière de Belle-île prend forme

Les derniers freins sont levés. La laiterie de Belle-île devrait entrer en production dès 2023.

Tous les deux jours, le lait des neuf élevages insulaires est transféré vers le continent, à la charge des éleveurs et de la collectivité. 90 % de la production, car une partie est transformée et vendue en direct, sur l’île. Une opération qui tient plus d’une politique sociale qu’économique. L’idée avait germé de construire une laiterie sur l’île pour transformer et vendre la totalité du volume produit. L’an dernier, lors du forum de l’agriculture et de l’alimentation Belliloise, des points d’incertitude demeuraient concernant le lieu d’implantation et surtout, le financement de l’opération. « Il y a eu une longue hésitation entre 2 terrains, un permis de construire va être déposé en janvier pour un démarrage des travaux au 1er semestre 2022 », rassuraient les éleveurs intervenants au forum de décembre.

40 % de financement public

Le financement n’était pas le moindre des problèmes. L’offre d’un investisseur privé avait été repoussée. « Nous voulions garder la main », justifiaient les éleveurs. Contactée, la Région avait accepté de financer une étude de faisabilité technique et économique pour la création d’une laiterie, sur le mode coopératif. Avec l’objectif de transformer 2 millions de litres et d’écouler tous les produits sur place. La consommation annuelle des 5 000 habitants et des 50 000 estivants correspond peu ou prou à ce volume.
Au final, les 1,2 million d’euros d’investissement se répartiront de la manière suivante : 40 % de financements publics, 50 % de prêt bancaire, 8 % d’apports des agriculteurs, 3 % de financements participatifs.
« Pour dégager rapidement la trésorerie nécessaire au versement des salaires il conviendra de démarrer par des produits frais (yaourt, crème…) plutôt que des produits de garde (fromage à pâte dure). Le marché prioritaire est le marché bellilois avec les revendeurs déjà existants ». Une interrogation subsiste quant à la capacité de tout vendre sur place en hiver.

Possibilités en bio

Actuellement les éleveurs bovins laitiers de l’île sont en système extensif, pas en bio. « Techniquement, transformer du lait bio ou du lait de brebis en plus ne poserait pas de problème, il suffit de séparer les productions dans le temps et les mêmes outils sont utilisables ; la laiterie est ouverte, et s’adaptera aux agriculteurs qui veulent la rejoindre ». Le temps de l’évolution est long sur une exploitation, elles vont commencer par livrer une petite quantité de lait au début puis de plus en plus ; le dimensionnement des installations est prévu pour cela. La laiterie devrait entrer en production au printemps 2023. Le risque marché n’existe pas. L’opération marketing est sûre ; des produits estampillés « Produits à Belle-île » trouveront facilement preneur dans les différents points de vente de l’île.

Forme juridique
L’association va muter en SCIC pour entrer en production, il y aura 4 collèges pour l’administration de la coopérative (agriculteurs, salariés, collectivité et citoyens). Un adhérent aura un vote quel que soit le nombre de parts qu’il possède, il y aura une pondération des votes pour que le collège des agriculteurs conserve la majorité. La coopérative reste ouverte à tout nouvel agriculteur qui souhaiterait rejoindre le projet.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer