Cultures

Orge d’hiver : merci la génétique  

Les progrès accomplis ces dernières années sur la connaissance des variétés d’orge d’hiver et de colza nous permettent d’avancer vers de nouvelles techniques agronomiques pour assurer la pertinence de nos solutions proposées.

Grâce aux progrès accomplis par les obtenteurs, les caractères agronomiques des nouvelles variétés d’orge d’hiver se sont améliorés ces dernières années. Le catalogue s’enrichit à chaque campagne de variétés tolérantes à la Jaunisse Nanisante de l’Orge (JNO) permettant l’impasse d’insecticides à l’automne avec l’arrivée de KWS Jaguar puis Idilic et désormais LG Caïman.

L’orge bénéficie également de l’amélioration des résistances aux maladies foliaires même si cet aspect est moins connu que sur blé. Selon la pression de l’année, l’impasse du premier fongicide peut être possible avec certaines variétés moins sensibles à la rhynchosporiose, rouille naine ou helminthosporiose comme Memento ou Amandine.

Enfin, l’utilisation du pouvoir couvrant des orges hybrides Sy Pool ou Sy Scoop est intéressante pour mieux gérer la concurrence des ray-grass résistants aux herbicides des modes d’actions 1 (A) et 2 (B).
Après la déception de l’an dernier, le bilan de la récolte 2021 s’affiche positivement avec des niveaux de rendement satisfaisants malgré une récolte retardée par des épisodes de pluies marqués entre le 10 juin et le 10 juillet. Ces pluies ont défavorisé le remplissage de fin de cycle (PMG), plus particulièrement dans les situations tardives expliquant où les résultats sont assez hétérogènes.

 

9335.hr

Focus sur les 2 nouveautés 2021 :

Voici les résultats de nos essais menés lors de la campagne 2020/2021: LG Caïman, 2 rangs tolérante JNO adaptée aux premières dates de semis, confirme son potentiel de rendement et un PS de haut niveau. Les variétés tolérantes JNO sont en léger retrait en comparaison aux autres variétés, ceci s’explique par une faible pression de virose à l’automne.

Noblesse, 2 rangs (non tolérante JNO) avec un gros potentiel de rendement se distingue avec une excellente tenue de tige et un bon comportement vis-à-vis des maladies. Même si le levier génétique reste primordial, l’utilisation de certains traitements de semences est envisageable pour réussir son orge d’hiver lors des prochains semis.

Gérer le piétin échaudage 

Utilisée majoritairement en “deuxième paille”, l’orge d’hiver est soumise à une pression piétin échaudage souvent nuisible en Bretagne. Idéalement, on gère cette maladie du sol à l’échelle de la rotation en intégrant des cultures rompant son cycle. Dans le cas où ça n’est pas possible, une protection de semences avec Latitude XL a encore cette année permis de gagner dans nos essais Eureden en seconde paille 5,8 qx/ha (gain de 7 qx/ha en 2020) sur le rendement grain et 1T/ha sur le rendement paille.

De l’innovation en traitement de semences avec Systiva

Dans les situations à risque élevé de maladies précoces comme la rhynchosporiose, rouille naine ou oïdium, il sera désormais possible de réaliser l’impasse du premier fongicide en utilisant le traitement de semences Systiva. Cette solution est une véritable innovation car il s’agit du 1er traitement de semences agissant sur ces maladies foliaires sans augmenter le coût de la stratégie fongicide et en réduisant l’IFT.

Colza, une tête d’assolement très rentable

Loin d’être dominant en Bretagne, le colza présente de nombreux avantages. Tout d’abord la marge pluriannuelle de la culture ressort en tête parmi les grandes cultures surtout pour cette récolte avec des cours élevés et de bons rendements en moyenne. En plus d’être une excellente tête de rotation, le colza valorise efficacement les apports organiques de fin d’été et peut être utilisé dans la gestion des ray-grass résistants avec l’emploi de la propyzamide. La plante s’adapte correctement dans les sols superficiels contrairement à d’autres espèces plus sensibles au stress hydrique. Ensuite, la date de semis, une clé de réussite de la culture, est une règle qui a été globalement respectée à l’automne 2020.  Il faut se fixer un objectif de semis avant le 30 août pour obtenir 4 feuilles avant le 20 septembre. Enfin, il faut rester vigilant lors de la préparation des sols, un mauvais enracinement dû à une préparation de sol mal maîtrisée limitera le potentiel de la culture. Attention à l’humidité des sols et au risque de compaction cet été.

9336.hr

Résultats récolte 2021 : 

Chez Eureden, nous privilégions des variétés alliant bon potentiel, tolérance maladies et à installation rapide afin de mieux gérer la pression des altises et d’avoir des colzas robustes dès l’automne. Pour les semis 2021, LG Aviron en variété précoce à floraison et RGT Tempo en variété intermédiaire confirment leur excellente inscription de 2019. ES Capello plus tardive à floraison reste une valeur sûre dans son créneau. 
Attention cependant à la montée de la hernie du chou en progression dans notre région. Il faut éviter les rotations trop courtes en respectant 5 ans entre 2 colzas. La maîtrise du Ph (>6,5) et des crucifères adventices dans la rotation (sisymbres, ravenelles, …) limite le développement du champignon. Dans les parcelles à risque ou identifiées avec de la hernie, éviter de mettre une culture de crucifère. Si cela n’est pas possible, nous recommandons l’utilisation de variétés tolérantes comme LG Scorpion. 

Plantes compagnes

Dans l’objectif de limiter l’usage d’insecticides, la variété ultra-précoce à floraison ES Alicia joue parfaitement son rôle de piégeur de méligèthes. Depuis l’an dernier, nous avons initié la mise en place de PC7 (association de trèfle d’alexandrie et de trèfle blanc nain) afin d’aider le colza à mieux s’implanter et à favoriser la culture suivante.

Sébastien Grey – Philippe Lecuyer / Eureden Agriculture

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer