Élevage

360° de lumière

Les tôles perforées translucides montées sur la périphérie du bâtiment apportent lumière et ventilation, sans faire monter la température.

Les associés du Gaec Les 2 G, de La Mézière (35), ont opté lors de la construction de leur nouveau bâtiment pour engraissement de bovins pour des tôles perforées translucides Perfolux de chez Renolit Ondex. Positionné sur toute la périphérie de la structure de 52 m de long pour 28 m de large par Construction Rebours de Martigné-Ferchaud (35), ce matériau apporte de la clarté à l’ensemble. La solution brise-vent a été écartée, « car plus coûteuse et moins lumineuse quand ils sont fermés », note Jimmy Guérin. Les pignons et les murs latéraux laissent passer la lumière du jour, tout en assurant une bonne ventilation. Sur la façade ouest du projet, des translucides pleins ont été préférés pour protéger les animaux de la pluie. « Les tôles perforées assèchent aussi plus rapidement la litière », observe l’éleveur. Les animaux sur aire paillée sont engraissés dans un environnement sain, sans problèmes pulmonaires particuliers. Dans cette construction datant de novembre 2017, tout est de plain-pied pour faciliter le curage, l’implantation a été réalisée en fonction des bâtiments déjà existants.

Pas d’effet de serre

Une des craintes avec ce type d’ouvrage comprenant de grandes entrées de lumière est de mesurer une élévation de la température ambiante. « Ce n’est pas le cas, quand une bonne ventilation naturelle est là », rassure Jimmy Guérin. Ces tôles perforées filtrent en réalité les rayons lumineux entrant en apportant une lumière indirecte, et « ne brûlent pas la peau des animaux comme pourraient le faire des plaques en polycarbonate ».

Pour préparer la litière des cases d’engraissement, une pailleuse est utilisée par les 2 associés du Gaec. Le fort nuage de poussière produit se dissipe rapidement au bout de 5 à 10 minutes. Lors de la 1re année d’utilisation de ce nouveau bâtiment, les éleveurs ont pu constater que cette poussière collait aux plaques périphériques. « Il suffit de les brosser une seule fois. Ensuite, la poussière ne colle plus aux plaques, les tôles gardent leur propriété translucide », a pu constater l’éleveur au bout de plusieurs années.

Un produit vert français
Les matériaux issus de la société Renolit Ondex « utilisent peu de pétrole, peuvent se recycler jusque 9 fois et sont inertes : le PVC limite le développement bactérien », note Jean-Christophe Basset. Avec une conductivité thermique comparable à celle du bois, le PVC présente un point de rosée bas qui limite l’encrassement par les poussières des trous de la tôle, « contrairement à des bacs aciers, plus conducteurs ».

La lumière donne de l’appétit

« Dans un bâtiment agricole et sur l’ensemble de l’année, on laisse sortir plus d’eau que l’on en fait rentrer », résume Jean-Christophe Basset, en charge des ventes pour le fabricant Renolit Ondex. Autrement dit, sur une période où les tôles perforées Perfolux peuvent laisser entrer de l’humidité par brumisation, les phases clémentes suivantes assécheront la litière. Des études montrent* qu’une ambiance plus lumineuse dans la stabulation favorise la sécrétion de cortisol, hormone de l’appétit. Les animaux mangent plus, ce qui peut se traduire en production laitière par une augmentation du litrage de 5 à 15 %.

La luminosité par le côté ?
La lumière arrivant sur les côtés du bâtiment et non par les translucides en toiture peut permettre d’éviter les puits de chaleur. Pour le bien-être animal et un confort de travail pour l’éleveur, il faut laisser la lumière naturelle entrer dans les bâtiments. « 1/20e de la surface couverte », rappelle Laurent Solas, référent ovin à la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire, lors d’une journée technique régionale organisée en février par le GIE Élevages de Bretagne. « Mais attention aux puits de chaleur provoqués par les plaques translucides sur les toitures orientées sud ou ouest », avertit-il. Des ouvertures latérales peuvent pallier ce problème. « C’est notamment intéressant en ovin dans des bâtiments isolés ou lors de la transformation de bâtiment hors sol ». La seule condition : ne pas mettre de trop grandes ouvertures, pour ne pas pénaliser la surface paillée accessible aux animaux. Des systèmes de volets, comme dans les bâtiments hors sol, apparaissent aussi dans les bergeries, pour gérer la chaleur en été. Carole David

* Source : Dahl, G.E. & D Peticlerc : Management of photoperiod in the dairy herd for improvement production and health.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer