Economie, marchés et gestion

De nouveaux débouchés grâce au drive collectif

Patrice et Gwenaëlle Gloro ont su s’adapter face à la crise sanitaire. Ils ont participé à la création du « Drive fermier 35 », belle aventure réunissant 60 producteurs d’Ille-et-Vilaine qui se poursuit aujourd’hui.

Sur la ferme de la Clairambaudière à Bain-de-Bretagne (35), la transformation des cochons et la vente directe ont été développées à partir de 1999 par les parents de Patrice et Gwenaëlle Gloro. Aujourd’hui, le frère et la sœur gèrent l’exploitation familiale. « Suite aux différentes crises porcines, nos parents ont souhaité s’assurer un revenu constant et équitable », retracent les deux associés qui se sont installés en 2008. « La ferme était bien placée entre Rennes et Nantes. Nos parents faisaient déjà un peu de vente directe, les gens étaient contents de pouvoir acheter à un producteur qu’ils connaissaient. »

Une motivation basée sur la confiance toujours d’actualité 20 ans après. « Nos clients apprécient de pouvoir parler avec nous, de connaître notre mode de production. » La ferme fait travailler deux charcutiers, deux vendeurs et un porcher, en plus des deux associés. Pour se rapprocher de leur clientèle, il y a 4 ans, les éleveurs ont déménagé leur magasin de vente qui se trouvait sur la ferme, dans la zone artisanale de Bain-de-Bretagne. « Le magasin est ouvert 3 jours par semaine et nous sommes présents sur 6 marchés. Une activité traiteur est aussi proposée. »

Mise en place de petits conditionnements

Lors de la crise du Covid-19, ils ont dû s’adapter pour répondre à la forte demande de produits locaux vendus en direct. « Nous avons participé à la création du drive fermier en lien avec Bienvenue à la ferme et Comptoirs paysans, deux réseaux de producteurs auxquels nous adhérons. » Patrice et Gwenaëlle Gloro ont revu leur offre, proposant 4 nouveaux types de colis : de plus petits conditionnements allant de 1 à 5 kg. « Généralement, les caissettes proposées sont plutôt de 5 à 10 kg et nous faisons aussi de la vente en demi-gros. Le drive nous a permis de nous faire connaître auprès de nouveaux clients. Au plus fort de la crise, l’augmentation de la vente directe a été de 15 à 20 %, mais la partie traiteur a baissé. » Depuis le déconfinement, l’activité drive régresse un peu, logiquement, mais de nouveaux clients continuent à passer commande.

20 à 25 % des porcs vendus en direct

D’une SAU de 60 ha, la ferme compte 300 truies et la moitié des porcs sont engraissés dont 20 à 25 % sont vendus en direct. Les animaux sont nourris avec un aliment fabriqué à la ferme à base de céréales en partie cultivées sur l’exploitation (blé, orge), le reste étant acheté à des producteurs de la région. « À partir de 120 jours, ils reçoivent une complémentation riche en polyphénols qui limite l’oxydation de la viande. Cela représente un surcoût de plus de 5 €/porc mais la viande est de meilleure qualité. » Les éleveurs se chargent d’amener les porcs à l’abattoir de Montfort-sur-Meu, « deux fois par semaine, cela offre de la souplesse.» Et ils ramènent les demi-carcasses entières prêtes à être transformées en rôti, charcuteries, côtes, saucisses… Au sel de Guérande, les recettes ne contiennent ni colorants ni conservateurs.

La structuration se poursuit
Le Drive fermier 35 (site internet www.drivefermier35.fr) a été mis en place pendant le confinement par des producteurs des réseaux Comptoirs Paysans et Bienvenue à la Ferme, accompagnés par la Chambre d’agriculture. La démarche est passée de 3 sites de retrait des colis à 5 (Région de Rennes, Bain-de-Bretagne, Vitré, Janzé, Fougères). « Ce type de fonctionnement en drive est porteur avec une prise de risque faible pour l’agriculteur. Mais il demande de communiquer en permanence, d’aller chercher les consommateurs qui vous oublient plus facilement qu’avec un magasin par exemple », note Didier Mahé de la Chambre d’agriculture de Bretagne qui accompagne le projet. Aujourd’hui, chaque site de retrait se structure en association. À terme, elles se géreront indépendamment. « L’objectif du projet n’est pas de concurrencer d’autres drives existants mais de renforcer la proximité », précise le conseiller.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer