Les propriétaires privés veulent financer l’entretien des haies

Plantation de haie - Illustration Les propriétaires privés veulent financer l’entretien des haies
Des arbres ou arbustes, récemment plantés, 
et étouffés par la végétation, faute d’entretien.

Le syndicat morbihannais, qui compte 525 adhérents, avec, en moyenne, une dizaine d’hectares chacun, veut utiliser son petit trésor de guerre à bon escient. « Il y a plus de destructions de haies et de talus que de plantations », assure son président Hervé De Cleuziou. « Celles qui sont implantées bénéficient souvent d’une prise en charge de l’entretien pendant deux ou trois ans. Ce n’est pas toujours bien fait, quand c’est fait… ». Comment lui donner tort ? La taille des fermes augmente ; l’élevage bovin régresse au profit des cultures. Les haies en font souvent les frais, surtout loin des sièges d’exploitation. Le syndicat a donc décidé d’apporter son écot en travaillant avec la Chambre d’agriculture et la fédération de chasse pour assurer le suivi des plantations qui seront réalisées.

Bernard Laurent


Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article