Cultures

Ensilage d’herbe : Des solutions pour améliorer la conservation

Les conservateurs peuvent permettre de limiter les pertes de fourrages et d’améliorer l’ingestion. Selon Arvalis, seul le rapport coût / bénéfices des bactéries lactiques homofermentaires est actuellement validé au regard des données disponibles.

Derrière le terme de « conservateurs », plusieurs types d’additifs se distinguent par leur rôle et leur mode d’action. Certains ont pour objectif d’accélérer l’acidification naturelle de l’ensilage, d’autres d’améliorer la stabilité aérobie. Ces deux actions ont des bénéfices indirects sur la préservation de la matière organique et de la valeur alimentaire du fourrage.

Les accélérateurs d’acidification

L’incorporation d’acides organiques ou de bactéries lactiques homofermentaires dans l’ensilage permet d’accélérer l’abaissement du pH. « Cela peut fortement réduire le développement des bactéries nuisibles (butyriques, entérobactéries). Cela se traduit par une réduction des pertes de matière organique et une réduction de la dégradation des protéines (protéolyse) durant la conservation », souligne Anthony Uijttewaal, responsable du pôle fourrages chez Arvalis.

Parmi les acides organiques les plus utilisés, on retrouve l’acide formique et l’acide propionique. Ces acides sont souvent présentés en mélange sous des formes dites « tamponnées », moins corrosives pour le matériel. Ils s’appliquent à raison de 2 à 6 L/t de fourrage brut selon le type de fourrage et sa teneur en MS. Leur coût est compris entre 3 et 6 € /t de fourrage brut.

« L’ajout de conservateurs à base de bactéries lactiques a pour objectif de les rendre majoritaires dans l’ensilage et d’orienter les fermentations vers la production d’acide lactique. Par rapport aux autres fermentations, la fermentation lactique est la plus efficace pour acidifier et ne génère pas de perte de matière. Parmi les souches les plus utilisées, on retrouve Lactobacillus plantarum, Lactobacillus lactis, Pediococcus acidilactici, Pediococcus pentosaceus. »

Ces additifs se présentent sous forme de poudre sèche à diluer dans de l’eau afin de réactiver les bactéries. « Leur coût (avec enzymes le plus souvent) est compris entre 2 et 4 € / t de fourrage brut. Le rapport coût/bénéfice de ce type de produit est intéressant. » Les enzymes ne sont pas des conservateurs en tant que tels. Elles sont utilisées en association avec les bactéries lactiques (homofermentaires ou hétérofermentaires). Leur rôle est de pré-digérer les fibres facilement digestibles ou les sucres de réserve (amidon) pour fournir davantage de sucres solubles aux bactéries.

Les retardateurs d’échauffement

Dès l’ouverture du silo, la pénétration d’oxygène dans la masse de fourrage permet aux microorganismes aérobies stricts ou aérobies facultatifs de se redévelopper (levures, moisissures). Cette instabilité se manifeste par des échauffements. Parmi les acides organiques, seul l’acide propionique a des propriétés anti-fongiques. L’acide acétique et le 1,2-propanediol ont aussi des effets anti-fongiques. Les bactéries lactiques hétérofermentaires peuvent contribuer à la stabilité aérobie, mais leur application est à réserver à des fourrages suffisamment riches en sucres et/ou préfanés. Il est important d’assurer une durée de fermentation minimale de 2 à 3 mois afin de bénéficier pleinement de l’effet « anti-échauffement ».

Application homogène
À l’exception des sels dont l’usage est restreint aux couches superficielles du silo, tous les autres additifs doivent être appliqués de manière homogène dans la masse de fourrage. Utiliser les réservoirs prévus à cet effet sur les ensileuses est le meilleur moyen de les incorporer. « Une difficulté majeure est de parvenir au bon dosage. Sur l’ensileuse, le réglage de l’applicateur se fait en litres par heure. Il est donc nécessaire d’apprécier le rendement ainsi que le débit de chantier afin d’appliquer la quantité recommandée. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer