CulturesÉlevageTop

Profiter de l’herbe d’automne et préparer l’hiver

Les RDV de l’herbe

Après un début d’automne doux et pluvieux qui a permis de rattraper un peu les effets du printemps tardif et d’économiser des stocks, l’heure est à la préparation de l’hiver à Cardenoual, chez Ludovic Massard à Buléon (56).

Même si les premières gelées ont ralenti la pousse et fait baisser la qualité de l’herbe, il reste encore 6 ha avec une belle quantité à pâturer. « À raison de 2-3 jours par paddock, je devrais tenir jusqu’à début décembre ». Les 30 VL traites ont en ce moment 8-10 kg d’enrubannage et 6-8 kg au pâturage. Elles produisent en moyenne 15 kg/j (TB : 45,8,  TP : 34,7). L’enrubannage actuel, fait fin mai, est un peu plus sec que le précédent. Les vaches donnent un peu moins de lait mais elles ruminent mieux, les taux sont remontés et les chaleurs s’expriment plus. « En novembre, j’ai fait aplatir le méteil grain pour enrichir la ration. »

Nettoyer les parcelles avant l’hiver

En décembre, ce sera le dernier tour de nettoyage pour préparer la pousse du printemps prochain. Tout ce qui est accessible est réservé aux laitières. « Je n’ai que 22 ha accessibles donc je tourne lentement ». Le tour dure environ 1 mois et demi. Les parcelles éloignées avec du RGA et de la fétuque seront nettoyées par les génisses et les taries. « J’ai broyé les bords de champ et remis en place des clôtures mobiles. »

En décembre, les vaches laitières de Ludovic Massard effectueront le dernier tour de nettoyage pour préparer la pousse du printemps prochain, sur toute la surface accessible.
En décembre, les vaches laitières de Ludovic Massard effectueront le dernier tour de nettoyage pour préparer la pousse du printemps prochain, sur toute la surface accessible.

S’organiser pour faciliter le travail d’hiver

Toutes les bottes d’enrubannage, stockées en bout de champ après récolte, ont été rentrées et classées selon leur parcelle d’origine pour faciliter la distribution et l’ajustement de la ration selon leurs qualités. Une dernière fauche sur les parcelles de luzerne-dactyle, assez dur pour l’enrubannage, a eu lieu début octobre. À ce moment-là, un couvert colza-RGI a également été semé derrière une pâture accessible aux laitières. La ration d’hiver sera composée soit d’enrubannage de dactyle-luzerne, de maïs ensilage et de colza pâturé, soit d’enrubannage, de mélange céréalier et de foin.

« Je mettrai le maïs seulement en face d’un pâturage riche en azote pour ne pas sous-valoriser le maïs, éviter d’avoir à acheter du correcteur azoté et limiter la manipulation des fourrages et le travail lié à l’alimentation car je ne mélange pas les fourrages sur la table d’alimentation. » Les taries, en pâturage plat unique pour l’instant, auront aussi du foin cet hiver. « Elles ont souvent besoin de reprendre de l’état avant vêlage. Si l’herbe est de bonne qualité, cela peut suffire. Sinon, je leur donnerai des céréales en plus. » Les génisses sorties au printemps et à l’automne resteront au pâturage et au foin, « sauf si l’hiver est vraiment mouillé et qu’elles abîment les parcelles. » Les petites génisses sont au lait et au foin.  Quatre seront à sevrer dans l’hiver. « Soit elles rejoindront les grandes au pâturage, soit elles resteront à l’intérieur avec du foin et des céréales. »

Civam AD 56 : 07 85 26 03 02

Ajuster sa ration d’hiver pour réduire ses coûts de concentrés
Équilibrer la ration d’hiver entre énergie et azote est indispensable pour la santé des animaux. Cela permet aussi de valoriser au mieux les fourrages et de faire des économies. On commence par construire la ration à partir des fourrages de la ferme en l’équilibrant le plus possible grâce aux différents fourrages. S’il y a du maïs dans la ration, il sera complété par du correcteur azoté (175 g de tourteau de soja par kg MS de maïs). Pour augmenter la production par rapport à la ration de base, on peut donner du concentré de production équilibré. Mais les concentrés diminuent l’assimilation des fourrages : au-delà de 160 g de concentrés par kg de lait produit, une partie de la ration est gaspillée. Et produire 1 kg de lait avec des concentrés coûte 2 à 3 fois plus cher qu’avec des fourrages.
En zone humide
La saison d’herbe se prolonge bien. Les laitières passent la nuit à l’étable depuis début novembre. Nous sommes en train de changer la ration. Jusqu’ici, elle était composée de 7,5 kg MS d’enrubannage d’herbe, de 5 kg de maïs épi autoproduit et le reste au pâturage. Nous allons ouvrir le silo de maïs ensilage, la ration sera de 9 kg de maïs ensilé + 3 kg d’enrubannage de luzerne + 1,5 kg de correcteur azoté.  La production s’élève à 20 kg/VL (TB : 42,5, TP : 32,5).  Les génisses et les taries pâturent les parcelles de  dérobées composées de ray-grass italien et trèfle incarnat. Côté stocks de maïs ensilé et d’enrubannage, on va passer l’hiver tranquille. Cédapa : 02 96 74 75 50

André GANNE Saint-Étienne-du- Gué-de-l’Isle (22)
En zone intermédiaire
J’ai encore de l’herbe pour 3 semaines minimum avec un pâturage jour et nuit. En juillet, une sécheresse était annoncée. J’avais donc pris la décision de semer 2,5 ha de mélange de colza fourrager, trèfles incarnat et alexandrie et RGI. J’en distribue 5 kg/VL/jour depuis le 15 novembre à l’auge. J’ai prévu d’en distribuer jusqu’à la mi-décembre. Je vais commencer à distribuer du foin aux génisses de l’année que je rentre cette semaine. Je vais faire une coprologie. Les 12-18 mois seront rentrées mi-décembre et les grosses vers le 1er janvier. Côté production, j’enregistre 17 kg/VL/jour  contre 15,5 kg en octobre.  Augmentation liée au changement d’alimentation, aux tarissements de 5 vaches, et à 6 vêlages. Adage 35 : 02 99 77 09 56

Michel PRIOUR Cesson-Sévigné (35)
En zone humide
Les vaches laitières sont toujours au pâturage jour et nuit, tant que la météo le permet. En plus du pâturage, les vaches reçoivent un apport de foin le matin (environ 1 kg MS), après la traite quotidienne. La production laitière s’élève à 10 L/ VL avec un TB à 54 et un TP à 39,8. La pousse de l’herbe s’est considérablement ralentie mais les vaches continueront à pâturer normalement jusqu’au tarissement, prévu fin décembre. Les conditions météo nous permettent de faire pâturer les prairies humides de la ferme. Les échographies ont été réalisées : 38 vaches sont pleines et 6 vont être réformées pour diverses raisons : leucocytes, fertilité, etc.  Civam 29 : 02 98 81 43 94

Philippe CLOAREC Hanvec (29)
Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer