Coopératives

Des producteurs laitiers dans l’expectative pour 2017…

Les réunions d’hiver des producteurs de lait Triskalia se sont déroulées en toute fin d’année 2016 aux quatre coins du bassin laitier breton. Le Conseil lait Triskalia, présidé par Roger Laurent, a abordé la conjoncture et l’activité de la section avant de laisser la parole aux vétérinaires bovins Triskalia sur la maîtrise du tarissement. Ces réunions sont aussi l’occasion d’échanges entre les producteurs et les élus.

Cette année 2016 a posé de nombreux problèmes à la production laitière, qui s’inscrit désormais dans un paysage de volatilité des prix et de mondialisation. 2016 restera comme une année de crise avec des impacts sur la trésorerie des élevages. Cette fin d’année a surtout été marquée par la mise en place des aides européennes à la réduction de production de lait. Par ricochet, le recul de la production française et européenne sur plusieurs mois a marqué les esprits, car c’est une première depuis l’arrêt des quotas en avril 2015.

2017, l’embellie ?

L’impatience de basculer en 2017 avec des perspectives encourageantes, a gagné l’ensemble des producteurs de lait. Les tendances 2017 s’annoncent meilleures pour les trésoreries et le moral des agriculteurs. Les échanges commerciaux sont dynamiques avec des pays comme la Chine et le Brésil qui sont aux achats. La consommation est également soutenue aux USA. En parallèle, les cours internationaux des produits laitiers industriels poursuivent leur redressement avec un nouvel équilibre offre-demande.

Tous ces signes positifs laissent entrevoir une sortie de crise imminente. Côté valorisation, Laïta va conforter ses axes stratégiques en innovant avec de nouveaux produits ou process, en investissant dans les outils industriels et le marketing, ainsi qu’en internationalisant le commerce.

La santé du troupeau

À l’issue de chaque réunion et à la demande du Conseil lait, Hélène Commeil ou Pierre Clément, vétérinaires bovins Triskalia, ont abordé la maîtrise du tarissement des vaches laitières. À l’heure où les économies sont à l’esprit, la santé du troupeau doit rester un axe de travail primordial pour ne pas pénaliser sa longévité. Par exemple, faire l’impasse sur la phase de tarissement est forcément préjudiciable sur la forme du futur veau et sa carrière laitière mais aussi sur le début de lactation. C’est ce qu’ont expliqué, avec pédagogie, les intervenants aux producteurs de lait très attentifs.

Même si ces derniers restent inquiets, l’envie et la motivation sont palpables au regard de la forte participation à ces réunions d’hiver. Une chose est sûre, l’attachement à la marque Paysan Breton semble encore plus fort, notamment au niveau des jeunes installés…

Carole Perros/Triskalia 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer