ÉlevageEnergies et environnement

Lisier : gérer les dégagements d’ammoniac

Depuis quelques années, les gaz polluants en élevage, avec en première ligne l’ammoniac, font l’objet de politiques écologiques ambitieuses, mais contraignantes. Et si maîtriser la qualité de l’air en élevage devenait un investissement rentable ?

Depuis une vingtaine d’années, des réglementations successives ont vu le jour, avec pour objectif la diminution de l’ammoniac issu de l’agriculture. Dans les élevages de porcs, tout un panel de solutions existe. Le management nutritionnel, tout d’abord, qui réduit l’excrétion d’azote dans les déjections, grâce à des formulations adaptées aux besoins des animaux (alimentation multi-phase), et à une digestibilité de l’aliment optimisée (incorporation d’additifs nutritionnels ou de matières premières hautement digestibles). Pour les nouveaux bâtiments, des équipements dédiés peuvent être mis en place avec par exemple du lavage d’air ou de l’évacuation des déjections par raclage ou flushing.

Relancer la flore du lisier permet de le liquéfier, tout en réduisant sensiblement les fermentations indésirables, sources de dégagements d’ammoniac.

Des solutions à incorporer dans le lisier

Des produits à appliquer directement dans le lisier, à travers les caillebotis, sont également disponibles (cf. tableau). Leurs principes actifs renforcent et orientent la flore du lisier, afin de digérer et de liquéfier la matière organique présente dans le lisier. Combinés avec des capteurs d’ammoniac, ces produits réduisent les fermentations indésirables, sources de dégagements d’ammoniac et de gaz odorants (cf. graphique 1). Relancer la flore du lisier ne permet pas seulement de lutter contre l’ammoniac. Le lisier est également liquéfié. Les mouches, ténébrions, et autres insectes qui se reproduisent dans la croûte du lisier, sont éliminés. L’ambiance est améliorée et les odeurs à l’épandage sont diminuées. De plus, la valeur fertilisante du lisier est augmentée.

biolisier-1

Un investissement rentable

Outre le gain environnemental, l’amélioration de l’ambiance permet de meilleures conditions de travail pour les éleveurs, préserve la santé des porcs et leur assure des performances de croissance optimisées (cf. graphique 2). Le retour sur investissement est net : pour 0,50 € investi, le gain atteint 4 à 5 €. Par ailleurs, ces solutions à ajouter au lisier sont simples d’emploi.

La case ascenseur, c'est 0,4 porcelet sauvé
M. et Mme Barbier, EARL La Quesselais, élevage multiplicateur à Ercé-en-Lamée (35). « Nous utilisons le Biolisier depuis environ 10 ans, en engraissement (pré-fosses vidées à chaque bande) et en gestantes (fosses profondes vidées deux fois par an). Auparavant nous avions des problèmes de croûtes qui nous obligeaient à utiliser un brasseur. C’était un travail fastidieux et contraignant, et malgré cela, les croûtes se reformaient à chaque bande. Il faut dire que nos formules contiennent 50 % de maïs humide, ce qui engendre souvent des lisiers épais ou croûtés.

Nous avions essayé un autre liquéfiant, mais il n’avait pas fonctionné. Avec Biolisier, le résultat a été probant rapidement : la croûte ne se reforme plus. Nous avons aussi vu une nette diminution des problèmes de mouches. L’autre volet très intéressant du produit, c’est son impact sur les odeurs et l’ammoniac. Dans les salles, l’ambiance est agréable, il y a moins d’odeurs et ça ne pique pas. Les conditions de travail sont meilleures. Biolisier réduit aussi l’odeur à l’extérieur du bâtiment, et nous y sommes sensibles. C’est important pour maintenir de bonnes relations de voisinage. Et le dernier point que nous apprécions avec le Biolisier, c’est l’augmentation de la valeur fertilisante du lisier : l’enrichissement des effluents est important pour fertiliser nos terres et valoriser les cultures utilisées dans la FAF. »

Annick Revel

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer