Les avortements, thème ciblé pour les visites sanitaires

mouton-ovin - Illustration Les avortements, thème ciblé pour les visites sanitaires
Si la recherche de brucellose est obligatoire et réglementée, la détection des autres causes d’avortements est tout aussi importante.

Pour les élevages de plus de 50 brebis et de 25 chèvres, la visite sanitaire sera obligatoire à partir du 1er janvier 2017, selon l’application de l’arrêté du 24 septembre 2015 qui élargit aux filières ovine, caprine et apicole le dispositif déjà mis en place dans les filières bovine, avicole et porcine. Prise en charge par l’État, elle est réalisée par le vétérinaire sanitaire de l’élevage. Organisée tous les deux ans, la visite concernera les éleveurs avec un numéro de cheptels impairs en 2017 et ceux avec un numéro pair en 2018. Les avortements seront le thème de cette première campagne.

Brucellose, salmonellose, listeria, fièvre Q, toxoplasmose, chlamydiose… Toutes ces maladies engendrent des avortements avec des incidences
économiques et sanitaires importants en élevage de petits ruminants. Si la recherche de brucellose est obligatoire et réglementée, la détection des autres causes est tout aussi importante. La mise en place d’analyses rapide permet d’enrayer ou de limiter les pertes engendrées par les premiers avortements dans un lot, et de mettre en place les moyens préventifs dans l’élevage pour le reste du cheptel.

Le GDS Bretagne apporte son soutien dans la recherche de la pathologie et un appui de conseil pour la mise en place des mesures préventives et ce, en concertation avec le vétérinaire de l’élevage. Sur ce thème, les grilles d’interprétation des analyses et des protocoles sont en cours d’harmonisation au niveau national.

Rappel des critères d'alerte

  • Pour la déclaration obligatoire brucellose : 3 avortements en 7 jours.
  • Pour le protocole « Avortements répétés » : 3 avortements en 7 jours, 4 % d’avortement/lot en 3 mois pour les élevages de moins de 250 femelles, 10 avortements/lot en 3 mois pour les élevages de moins de 250 femelles.

Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article