ÉlevageProductions Agricoles

La Charte bretonne SDRP fait son chemin

60 % des élevages seraient impactés par le SDRP. L’OVS  continue d’avancer sur sa Charte de protection des élevages négatifs.

« Nous ne pouvons nous permettre de tergiverser 20 ans comme avec la maladie d’Aujesky pour mettre en œuvre un plan sérieux contre le SDRP. Aux États-Unis, c’est ce problème qui cause le plus de dégâts économiques dans les élevages », a démarré, à l’occasion de l’assemblée générale de l’OVS Porc Bretagne, le président Marcel Corman.

Ce vendredi 3 juin, à Plérin (22), des nouvelles toutes fraîches ont d’ailleurs été communiquées : « Les dernières avancées datent de ce matin. À ce jour, 10 organisations de producteurs (OP), c’est-à-dire tous les groupements de la région, se sont engagées en signant la Charte bretonne SDRP », se sont réjoui Élisabeth Sallé, animatrice de l’association et Marcel Corman. « Une étape indispensable pour démarrer efficacement le plan régional de lutte. On espère maintenant un retour de la Charte signée par les éleveurs pour le Space pour une mise en œuvre à la rentrée. »

Rappelons que l’OVS s’était fixé comme premier objectif de dépister les élevages bretons négatifs ayant des truies et de leur proposer un plan de protection « en particulier vis-à-vis des contaminations par le transport et les camions en échange de quelques procédures de biosécurité extérieure minimales ». Au 20 avril 2016, 221 élevages bretons sont rentrés dans la démarche (7,5 % des ateliers porcins ayant des truies) : « Parmi eux, 62 élevages ont été testés sérologiquement négatifs depuis moins de 6 mois. »

Le risque transport

Aujourd’hui, ce plan « souffre de l’absence d’engagement des transporteurs et de certains abatteurs. » Les transporteurs notamment tarderaient à faire le pas, freinés par les surcoûts liés à la différenciation des élevages négatifs lors des tournées de ramassage. « L’idée étant notamment de ramasser les animaux dans les élevages négatifs en tête de tournée ou juste après un sélectionneur. » Dans la salle, certains restent sceptiques : « J’émets des doutes sur l’engagement des transporteurs. On voit dans les campagnes des camions non lavés qui passent de nuit… » Pour Marcel Corman, « le transporteur a obligation de suivre le parcours réclamé par l’abattoir qui le mandate pour la tournée. » Avant d’ajouter que l’OVS vient d’engager un programme d’audits des stations de lavage. Jacques Crolais, directeur de l’UGPVB, quant à lui promet « un suivi de ces tournées sur BD Porc », portail répertoriant les mouvements d’animaux.

Introduction de souches

Par ailleurs, Marcel Corman a insisté sur la protection vis-à-vis de l’introduction de nouvelles souches de SDRP. Il a renvoyé tout acteur concerné vers la procédure « importations de porcelets » initiée en 2013 : « Les modèles de certificats sanitaires exigibles sont en libre accès sur www.epiporc.com depuis ce 3 juin 2016. » Précisant que le site epiporc.com devient le site de l’OVS… Côté scientifique, l’avancée des travaux de l’Anses devrait aboutir à une simplification du dépistage du SDRP grâce à une méthode basée sur des prélèvements salivaires. Un travail de doctorat sur la vaccination devrait débuter en septembre « financé pour l’instant par une demi-bourse de la Région ». Philippe Le Coz, de la SNGTV, a d’ailleurs souligné « l’importance de ces points d’ancrage scientifiques de l’Anses pour faire avancer ce plan de protection ambitieux face à une maladie compliquée. »

td_ovs_cormanb_treguer-2Lors de l’assemblée générale de l’OVS Porc Bretagne, son président Marcel Corman (à la tribune) a invité Jean-François Tréguer, président de la FDGDS Bretagne à s’exprimer sur la nouvelle gouvernance sanitaire. Les deux hommes ont rendez-vous prochainement pour discuter de l’organisation de l’Association sanitaire régionale (ASR) et définir le rôle de chacun.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer