CulturesDossiers

Mécaniser le légume

Dérouler le tapis rouge pour le chou

Les constructeurs de matériels agricoles mettent les bouchées doubles pour concevoir des outils performants, qui limitent les efforts de travail lors de la récolte.

Les remorques légumières agricoles s’équipent petit à petit pour répondre aux exigences des producteurs. Les cultures légumières de plein champ souffrent parfois d’une carence du côté récolte, notamment en culture de chou. Les bénéfices déjà bien connus des systèmes hydrauliques sont aussi disponibles, pour convoyer rapidement les produits du champ à la remorque. Pour aider les producteurs à faire leur choix de matériel, la Sofimat effectue des démonstrations avec une remorque légumière Rolland à disposition pour tester en conditions réelles le tapis hydraulique.

Au Gaec Conseil, basé à Saint-Vougay (29), la remorque est essayée depuis quelques jours. Le tapis, trop haut sur le matériel anciennement utilisé sur l’exploitation, gênait les coupeurs qui devaient fournir plus d’effort pour poser la tête de chou sur le tapis. « Ici, le réglage de la hauteur se fait hydrauliquement pour trouver sa position idéale. Sans être parfaite, cette remorque de démonstration nous permet d’échanger avec les producteurs pour améliorer le système », confie Guillaume Marchadour, commercial sur la zone légumière.

Un capteur infrarouge commande le tapis
Un capteur infrarouge commande le tapis.

Autonomie à la préparation

Florian Berthou est salarié du Gaec de la Lande, à Plouzévé-dé (29). L’atout principal pour lui reste la facilité de mise en place au champ du tapis hydraulique. « En arrivant plus tôt sur le chantier, j’ai le temps de déplier les éléments. La sortie du tapis depuis la remorque est effectuée par un vérin hydraulique, plus de risque de se faire renverser par le tapis en le retenant ou de peiner à le ranger en cas de pente. Le dépliage est assuré hydrauliquement, hormis les deux derniers éléments qui se déploient manuellement, mais avec une assistance par vérins à gaz. Le tapis de 10,80 mètres couvre 12 rangs, ce qui correspond au passage du pulvérisateur. La structure du sol est ainsi préservée », explique le producteur. Autre atout : côté sécurité. Le tapis se déplace facilement dans la remorque, évitant ainsi les opérations pénibles quand la parcelle est en pente par exemple. Un seul opérateur s’occupe de déplacer l’ensemble à l’aide des commandes regroupées dans la remorque, ce qui évite de faire monter les coupeurs en cours de récolte et ainsi de souiller avec de la boue le sol du véhicule.

Une personne seule peut déplier le tapis pour préparer le chantier
Une personne seule peut déplier le tapis pour préparer le chantier.

Tapis alimentaire

Pour Rémi Chènevière, chef produits et marketing chez Rolland, « le tapis équipé d’une bande alimentaire préserve le chou, car plus souple et plus résistante. Les caissons et les tasseaux Curve sont conçus pour accompagner les têtes de chou jusqu’au conditionneur sans obstacles risquant de les marquer. L’opérateur qui conditionne les choux dans la remorque n’a pas besoin d’actionner le tapis pendant la récolte : un capteur infra-rouge convoie régulièrement les produits jusqu’à lui. La bande de 350 mm est assez large pour accueillir deux têtes de chou côte à côte », précise-t-il. Gain de temps, de sécurité et d’autonomie, le tapis hydraulique augmente les cadences de chantier. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer