Productions Agricoles

La septoriose se fait discrète

Dans le contexte de résistance de la septoriose aux triazoles, le bon positionnement des interventions est impératif pour maximiser l’efficacité des fongicides. Un traitement spécifique trop précoce est inutile.

Actuellement, la majorité des blés tendre sont au stade 2 nœuds à dernière feuille pointante.  Les conditions climatique depuis début avril ont fortement limité le développement de la septoriose. Les pluies enregistrées en fin de semaine dernière pourraient accentuer le risque de développement de la maladie.
En début de campagne les conditions climatiques de l’automne ont permis une bonne incubation de l’inoculum de septoriose, celui-ci est proche de la médiane au stade épi 1cm.  Néanmoins la maladie reste contenue et très peu présente (voire absente) sur les 3 dernières feuilles du moment. Pour cause : le mois de mars et ce début de mois d’avril secs. Or la septoriose a besoin de pluie pour monter d’étage foliaire en étage foliaire. La situation est donc saine pour l’instant.

Montée vers les étages supérieurs

Les pluies intervenues ce week-end vont permettre une montée de la maladie vers les étages supérieurs. Il convient donc d’observer les parcelles et de suivre le Bulletin de santé du végétal pour décider d’une intervention.
Pour les blés au stade 2 nœuds, il est inutile d’intervenir si l’on ne constate pas de septoriose sur les 3 dernières feuilles (voir illustration sur les seuils). Le stade 2 nœuds correspond à une hauteur de 8 à 10 cm entre le sommet de l’épi et le plateau de tallage.
En l’absence d’observations, et si les parcelles atteignent le stade dernière feuille pointante, il est conseillé  d’intervenir. Ne pas dépasser le stade dernière feuille étalée.

Seuil de nuisibilité pour la septoriose

À partir du stade « 2 noeuds », le seuil d’intervention est atteint si :

  • Variétés sensibles (Altigo, Allez Y, Apache, Bergamo, Expert,  Hystar, SY Moisson…) : si plus de 20 % des F2 du moment (future F4 définitive) présentent des symptômes.
  • Variétés peu sensibles  (Arezzo, Armada, Barok, Cellule, Fluor, Fructidor, Grapeli, Lyrik, Rubisko, Valdo… ): si plus de 50 % des F2 du moment (future F4 définitive) présentent des symptômes

À partir du stade « dernière feuille pointante », le seuil d’intervention est atteint si :

  • Variétés sensibles : si plus de 20 % des F3 du moment (future F4 définitive) présentent des symptômes
  • Variétés peu sensibles : si plus de 50 % des F3 du moment (future F4 définitive) présentent des symptômes.

La rouille jaune passe à l’attaque

Depuis quelques jours, les attaques de rouille jaune deviennent plus significatives. Contrairement à ce que l’on pouvait craindre, l’épidémie importante de la campagne 2014 ne se répète pas en 2015. Cependant, depuis cette semaine de nombreuses parcelles présentent des pustules. En particulier sur les variétés suivantes : Altigo, Allez-Y, Azzerti, Barok, Cellule, Ephoros, Lyrik, Hyfi, Paledor, Rubisko… et sur triticale : Kaulos, Kereon, Exagon, Orval… Il convient toutefois de surveiller l’ensemble des parcelles pour s’assurer de la présence de la maladie. En revanche la présence de foyers pulvérulents est peu présente contrairement à l’année dernière.

rouille-jaune-cerealesPour les blés au stade 2 nœuds avec présence de pustules : intervenir. La particularité de cette année est l’absence de foyers de rouille jaune, mais des parcelles présentent des pustules sur la majorité des plantes. Afin de contrôler la rouille jaune, il est préférable d’intervenir dans ces parcelles dès que les conditions le permettent. L’objectif consiste à maîtriser uniquement la rouille jaune, l’intervention spécifique contre la septoriose se fera lorsque les seuils seront atteints (cf BSV ou observations des plantes).

En l’absence de septoriose, réaliser l’intervention avec un coût environ de 20 € avec des produits à base de triazoles ou double triazoles (Exemple : Opus New 0.6, Balmora 1, Priori Xtra 0.5…). Ne pas appliquer un produit à base de strobilurine seule, son efficacité sera moindre. Rappels sur les préconisations :

  1. Le traitement « dernière feuille » est le plus important, privilégier la dépense sur cette intervention et non sur celle courant montaison.
  2. Réserver les produits contenant un SDHI et / ou une strobilurine pour le traitement à « dernière feuille »
  3. Alterner les matières actives pour prévenir le risque de résistance aux maladies.
  4. Maximum 1 SDHI et  1 strobilurine dans les programmes.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer