Le secteur agricole tente de séduire des demandeurs d’emploi

L’Anefa du Morbihan organisait le lundi 17 juin dernier un « Voyage en agriculture » sur le secteur de Questembert, une initiative destinée à faire connaître aux participants le monde agricole.

groupe de demandeurs d'emploi dans une serre - Illustration Le secteur agricole tente de séduire des demandeurs d’emploi
Héloïse Oillic, à droite, devant les demandeurs d’emploi qui ont également visité une ferme laitière à Limerzel, le même jour.

Ils ont entre 23 et 53 ans. Ils sont en recherche d’emploi et, pour la majorité, en reconversion professionnelle. Certains d’entre eux ont une vague idée de l’agriculture, pour avoir travaillé dans le domaine du paysage et des espaces verts. Beaucoup méconnaissent les métiers agricoles. Tous étaient volontaires pour visiter l’exploitation d’Héloïse Oillic, de Berric et échanger avec la maraîchère, qui, elle aussi, s’est reconvertie il y a quelques années, avec succès.

Embauche de salariées

Fille d’éleveurs laitiers, Héloïse Oillic a travaillé pendant 5 ans comme cuisinière après l’obtention d’un baccalauréat. « J’ai ensuite repris mes études pour faire une licence puis un master de gestion des coopératives ». Pas très attirée par le travail de bureau, elle choisit de s’orienter vers le salariat en maraîchage, avec une idée en tête : reprendre la ferme familiale. « Sans vaches, car il fallait remettre l’élevage aux normes, dans un secteur urbanisé (proximité immédiate du bourg de Berric) ». En 2017, elle suit un BPREA, puis s’installe l’année suivante en maraîchage bio. Elle travaille actuellement 4 hectares, avec 2 salariées à plein temps (embauche de 2 saisonniers en été) et produit des céréales. « Je n’ai pas eu trop de difficulté pour recruter, mais j’ai accepté des personnes sans véritables connaissances du maraîchage. Je les ai formées progressivement et ça se passe bien ». Jeune maman, elle avoue avoir désormais moins de temps à consacrer à la formation. « Je travaille 40 heures par semaine environ, avec une journée et demie de libre les week-ends, sans beaucoup de vacances ».

Magasin de producteurs

Le réseau commercial est diversifié : magasins Biocoop, marché de Berric, paniers et magasin de producteurs de Questembert, où elle donne de son temps. « Tous les producteurs sont impliqués ; nous avons des réunions et actuellement, je consacre un peu de temps au changement de statut de la Halle Terre Native, avec un juriste ».

Le printemps particulièrement pluvieux lui laisse peu de répit (désherbages) mais l’objectif, à terme, est de dégager plus de temps libre, « en améliorant la technique… ».

Bernard Laurent

La mobilité est souvent un frein à l’emploi

Certains visiteurs étaient accompagnés par Néo56, Groupement de l’économie sociale et solidaire, localisé à Vannes. De l’apprentissage à la location, le groupement propose des solutions flexibles et accessibles à tous : locations de véhicules à un tarif social sur l’ensemble du territoire des pays de Vannes, Auray et Ploërmel. Créée en 2016, Itinéraire’b permet de lever les freins à la mobilité des demandeurs d’emploi par le passage du code de la route et du permis de conduire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article