L’intelligence artificielle vient nous augmenter

Samuel Gaulay a captivé son auditoire à Saint-Brieuc lors d’un « show » pédagogique, drôle et interactif sur la place de l’innovation dans le monde d’aujourd’hui et de demain.

18401 hr - Illustration L’intelligence artificielle vient nous augmenter

Fondateur de Magictech, Samuel Gaulay travaille sur « l’innovation technologique et sur le neuroleadership ». C’est-à-dire à la fois sur le développement des intelligences artificielles, du métavers (monde virtuel) que le fonctionnement du cerveau, la mémoire, la gestion des émotions… Mardi 12 décembre, à l’invitation de Cerfrance Côtes d’Armor, il était au Palais des Congrès de Saint-Brieuc. Devant un millier de personnes, preuve que le sujet de l’IA passionne, inquiète ou questionne. Assisté de son robot Paper, le spécialiste a déroulé son « talk technologique », une conférence interactive mêlant retours sur le développement de la technologie depuis un siècle, invitations de personnes du public à participer à des expériences, explications scientifiques et démonstrations d’outils et services déjà à notre portée comme ChatGPT par exemple.  Une analyse juridique en 26 secondes « L’intelligence artificielle fait déjà de meilleurs diagnostics que les médecins. Dans le domaine artistique, elle peint, compose, écrit… Comparée à un avocat, elle fait une analyse juridique en 26 secondes », égraine Samuel Gaulay qui note que beaucoup de gens ont peur de l’IA. « Pourquoi ? Parce que l’humain est complotiste par nature : 8 % des Français pensent encore que la Terre est plate. Des livres ou films comme 1984 ou Terminator nous ont marqués. En 1997, le supercalculateur Deep Blue a battu Kasparov aux échecs… »  L’IA nous augmente dans nos capacités. Désormais, l’avenir passe par le progrès sur l’interface homme – machine. On a connu le clavier à 10 doigts et la souris. Puis l’écran tactile du Smartphone plus intuitif et contrôlé à deux doigts (« Une idée proposée par une chercheuse dès les années 70 mais jugée ridicule à l’époque ! »). Jusqu’à des expérimentations invasives en posant un implant sur des animaux… Pour mieux comprendre cette question d’interface, Samuel Gaulay munit une personne du public d’un casque la connectant à Paper : quand il touche son robot, la…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article