Dossier technique

Une rampe pour accéder au parcours depuis l’étage du poulailler

Quentin Perro s’est installé en 2023 en s’associant avec son père et sa mère qui est salariée sur l’exploitation. Il élève 30 000 pondeuses plein air dans un ancien poulailler cages transformé pour que les poules élevées à l’étage puissent accéder au parcours avec un système de type balcon débouchant sur une rampe.

17822.hr - Illustration Une rampe pour accéder au parcours depuis l’étage du poulailler
Une passerelle se trouvant à 3,6 m de hauteur et une rampe d’accès au parcours ont été créées, 30 m d’ouvertures de trappes donnent sur une sorte de balcon.

Quentin Perro s’est installé début août 2023 à l’âge de 23 ans sur la commune de Plélo (22) en s’associant avec son père pour se lancer dans l’élevage de pondeuses. « Auparavant, j’ai réalisé un CS avicole à l’Avipole de Ploufragan afin d’acquérir un maximum de compétences techniques. Cela me permet aujourd’hui de réaliser des pré-diagnostics lorsque je détecte un problème sur mon lot. J’ai ensuite été salarié sur un élevage de pondeuses pour prendre de l’expérience avant de revenir à plein temps sur l’exploitation familiale », décrit le jeune aviculteur.  Optimiser le travail quotidien En 2021, le bâtiment d’élevage de 50 000 pondeuses en cages datant de 2007 a été transformé pour évoluer vers une production plein air avec un effectif qui est passé à 30 000 poules. Les éleveurs ont réussi à acheter 4 ha supplémentaires autour du poulailler pour atteindre les 12 ha de parcours réglementaires permettant d’accueillir 30 000 pondeuses dans le bâtiment. « L’objectif était de pérenniser l’exploitation, c’est pour cela que nous avons bien réfléchi avant d’amorcer ces transformations. Il fallait conserver un bon effectif de poules dans le bâtiment tout en répondant à la demande sociétale. Nous avons envisagé de faire du plein air en partie basse et du sol sur 2 étages au-dessus. Ensuite nous avons étudié la même solution avec simplement 1 étage de sol au-dessus du plein air. Finalement, c’est la solution tout en plein air qui a été retenue », précise Quentin Perro. Le poulailler cage possédait un niveau avec des caillebotis dans la structure. Le bâtiment a donc été scindé en 2 en créant un nouveau plancher pour avoir une salle d’élevage au rez-de-chaussée et une seconde à l’étage avec 15 000 poules à chaque niveau. Des volières Jansen ont été installées dans le poulailler. La volière du bas est conçue pour supporter le poids du plancher de l’étage, c’est…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article