« La ferme familiale coche toutes les cases »

En évoluant vers un système herbager et en passant en monotraite, la ferme laitière d’Éric et de Nathalie Henry correspond aux attentes de leur fils Jérôme, qui prévoit de s’installer en 2025.

17263 hr - Illustration « La ferme familiale coche toutes les cases »
Jérôme Henry prévoit de s’installer en 2025.

Jérôme Henry garde dans la tête depuis l’obtention de son BTS, il y a une dizaine d’années, l’idée de s’installer. Mais le cadre de la ferme familiale gérée par ses parents Éric et Nathalie ne lui convenait pas à cette époque. « Je souhaitais avoir peu de charges de structure, pouvoir travailler seul, être en monotraite ». Pendant qu’il travaille à l’extérieur en tant que conseiller développement chez Innoval, qu’il consulte le répertoire départ/installation et visite d’autres exploitations, le système de production de la ferme parentale de Plougras (22) change : après avoir cultivé du maïs en monoculture, l’herbe prend une part plus importante. En 2016, la ferme fait une conversion en bio, passe en tout herbe. Dix génisses prêtes à vêler sont achetées au Danemark, les vieux chemins d’accès au pâturage sont réhabilités. En 2020, Éric Henry démarre la monotraite. « Je me suis finalement projeté ici, la ferme de la maison coche de plus en plus de mes cases », constate le futur installé, qui compte démarrer son activité en 2025. De son côté, son père se satisfait de « rendre rentable les terres. Je n’ai rien fait de difficile ni inventé un système, je me suis inspiré de ce que font mes voisins et échangé avec des groupes d’agriculteurs », témoignait-il lors d’une journée Innov’Action organisée par la Chambre d’agriculture. 50 ares par vache Désormais, les 83 ha de la ferme sont en tout herbe. 30 ha groupés ont été rendus accessibles aux 63 vaches en production, les 2/3 en race jersiaise, le tiers restant en Kiwi. « J’apprécie les Jersiaises pour leur légèreté et leurs pieds noirs », souligne Éric Henry. Les paddocks de 3 jours sont conduits au fil avant, les animaux entrent quand l’herbomètre mesure une hauteur située entre 13 et 20 cm, pour ressortir à 6 cm. Ces 50 ares par vaches sont simplement composés d’un…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :

Les commentaires sont désactivés.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article