Edito - Illustration Europe

Europe

Quand l’Europe a peur, l’Europe se renforce. On l’a vu avec le Covid, on l’a mesuré avec la guerre en Ukraine, deux événements majeurs qui ont accéléré la coopération entre États membres. Et voilà que l’Europe a à nouveau peur. Peur d’un ami. Peur des puissants États-Unis qui viennent de dégainer leur Inflation Réduction Act (IRA), un plan à 348 milliards d’euros pour l’industrie verte américaine. Ceci dit, l’Europe avait bien pensé avant les USA à opérer son virage vert au travers le Green Deal destiné à lutter contre le réchauffement climatique. À gros traits, les caps européen et américain sont les mêmes, mais pas les moyens. Quoique, les lignes bougent. L’UE vient en effet de doter son Pacte vert d’un plan industriel dont l’objectif est de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050.

En 2020, l’agriculture avait poussé de hauts cris quand la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait détaillé les stratégies de l’Europe prévues dans le projet « Farm to fork », volet agricole du Green Deal. La profession majoritaire avait comparé ce programme à un plan de décroissance, mais n’avait pas fait de véritable contreproposition. De son côté, l’industrie a bien intégré qu’elle ne peut pas rater le train de la mutation d’un monde qui inévitablement se verdira. Elle voit d’un bon œil la politique industrielle européenne verte articulée autour de 8 domaines stratégiques qui sont susceptibles d’être déclarés d’intérêt public  ; ce qui signifie qu’ils « ne pourraient pas être empêchés pour des raisons environnementales ». Parmi ces domaines figurent entre autres le biogaz, le captage et le stockage du carbone, le photovoltaïque. L’agriculture ne pourra pas rester insensible à ce plan industriel qui touche à son activité.


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article