Morbihan

Les producteurs exigent une prise en compte du coût alimentaire

La flambée du prix des matières premières met la filière œuf française en difficulté. Aucune inversion de tendance n’est attendue avant quelques mois. « Seule une indexation des prix de vente sur le coût alimentaire est de nature à répondre à nos besoins », expliquent les producteurs qui bloquaient le centre de conditionnement d’Evellys (56), la semaine dernière.

1 centime par œuf

« Le surcoût actuel est de 50 à 60 € par tonne d’aliment. Cela représente environ un centime par œuf pour le consommateur », estime Patrick Hamon, responsable de la section œufs de la FDSEA des Côtes d’Armor. Seules deux enseignes, Leclerc et Lidl, appliquent le principe de l’indexation dans leurs contrats d’approvisionnement. Les aviculteurs demandent aux autres d’en faire autant. La proposition est reprise par Serge Papin, chargé par le gouvernement d’une mission relative à la répartition de la valeur ajoutée dans la filière.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer