Élevage

La gale ovine refait surface

Pratiquement éradiquée au Royaume-Uni grâce à des baignades annuelles obligatoires, la gale psoroptique ou gale du corps est en recrudescence en France. La Bretagne ne fait pas exception.

Psoropte Ovis, acarien microscopique, est un parasite très contagieux qui se propage rapidement au sein des troupeaux. « Il suffit d’une brebis galeuse pour infester l’ensemble du troupeau. La contamination se fait par contact entre animaux ou via le matériel », rappelle Coralie Chaumeny, technicienne ovin à GDS Bretagne. Cela peut se produire lors de l’achat d’un ovin porteur sain, au pâturage avec des moutons voisins, ou indirectement à partir d’objets qui ont été en contact avec des animaux atteints de cette parasitose : bâtiments, matériel, clôtures, véhicules de transport…

Démangeaisons et toison dépouillée

De gravité variable allant d’un portage latent sans symptôme jusqu’à la mort, « les animaux affectés présentent des démangeaisons et une toison dépouillée de taches rondes. Des croûtes apparaissent. La peau peut s’épaissir et former des indurations du derme dans les croûtes. Des plaies et des abcès de surinfection peuvent apparaître ». À ce stade, les animaux commencent à maigrir, l’état général des animaux peut alors rapidement se dégrader.

Une maladie à déclaration obligatoire dès l’automne

À la demande de la filière, le passage de la maladie en catégorie 2 de danger sanitaire (voir encadré) va impliquer dès l’automne une déclaration obligatoire dès l’apparition de symptômes. Le diagnostic sera confirmé par le vétérinaire sanitaire de l’élevage par l’identification du parasite au microscope (lecture sur lamelle d’un grattage récupéré sur une lésion exsudative de gale) ou par une analyse sérologique. Dès validation de la maladie, un traitement rigoureux par baignade ou injection devra être mis en place. Les animaux traités devront être isolés et maintenus à l’écart des bâtiments ou matériels contaminés par la gale. Les locaux et les transports où ils ont séjourné seront à nettoyer et à désinsectiser avec un acaricide.

Des pratiques préventives à maintenir

« 90 % des contaminations se font après des achats d’animaux, à partir de porteurs sains », met en garde Coralie Chaumény. Tout achat d’animaux implique donc une mise en quarantaine. Vigilance également avec les prêts de matériels (bascules, bétaillières…) sans désinfection. Et une double clôture devrait séparer les parcelles de deux élevages ovins adjacents.

Changement de catégorie de danger sanitaire
Retirée de la liste des MRC (Maladies réputées contagieuses) en 1995, classée comme maladie sous surveillance, de catégorie 3, la gale psoroptique va prochainement être classée en danger sanitaire de catégorie 2. L’arrêté ministériel devrait paraître en septembre 2020. Cette catégorisation va être amenée à évoluer. Ce classement en 3 catégories est en effet en cours d’harmonisation au niveau européen, avec la loi Santé animale (LSA), dont la sortie était annoncée pour 2021, avant le confinement.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer