DossiersTop

Un produit d’appel qui tente de se démarquer

En France, seulement 10 % des porcs sont vendus sous un nombre important de labels et d’IGP (Indication d’origine protégée). Paradoxalement, le consommateur est souvent noyé sous ces signes de différenciation, pour des produits souvent similaires, créés par des sociétés concurrentielles par nature. L’exemple du « sans antibiotique » est éloquent. On s’y perd entre l’alimentation garantie sans antibiotique, l’élevage sans antibiotiques après le 1er âge, après le sevrage ou, désormais, dès la naissance. Ce dernier finira logiquement par s’imposer au détriment des autres.

Les consommateurs recherchent une image de qualité-tradition. Ils veulent aussi des produits avec une image santé (Oméga 3, sans nitrites…). Certaines de ces démarches entraînent des surcoûts à la production qu’il faut compenser par une valorisation optimale de l’ensemble des pièces de la carcasse, pas évidente en label et encore moins en bio. Des producteurs se sont engagés dans l’une ou l’autre de ces démarches. Nous vous proposons, dans les pages suivantes, des témoignages d’éleveurs qui investissent, de techniciens ou de communicants qui croient, plus que jamais, à la nécessité de développer les moyens de différencier la production.

Au sommaire de ce dossier

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer