Élevage

Quelles pistes pour réduire le temps de traite en robot ?

Et si épiler les mamelles des vaches permettait d’optimiser le temps de traite en système robotisé ? Des essais ont été conduits à la ferme expérimentale de Derval (44) pour vérifier cette hypothèse. L’idée initiale est de réduire le temps de traite par vache pour optimiser l’utilisation des robots, souvent saturés dans les élevages. Les poils font obstruction et peuvent freiner la rapidité́ de pose des gobelets trayeurs. L’expérimentation, nommée Pilpoil, a été́ menée sur cinq lots de seize vaches pendant plusieurs mois. Les enregistrements s’appuyaient sur les temps de détection des trayons puis lors de la pose des gobelets trayeurs. « On a bien observé des gains de temps, mais ce n’est pas franc », rapporte Thomas Huneau, responsable des expérimentations. Le gain de temps semble plus marqué pour les vaches en fin de lactation, mais les mamelles sont en général plus flasques à ce stade, et les trayons plus rapprochés. Interpréter ces résultats est donc difficile.

Seuil de dépose

L’autre expérimentation menée l’hiver dernier concerne le seuil de dépose des gobelets trayeurs. À partir de quand faut-il décrocher automatiquement le gobelet ? Par défaut, le seuil est fixé à 210 g de lait par minute. En deçà̀ de ce débit, la traite s’arrête. Les essais ont consisté à comparer trois autres niveaux de décrochage (150 g, 250 g et 300 g / min). Les résultats sont en cours de dépouillement. En 2005, un essai semblable avait été́ conduit en salle de traite (et non en robot). Il avait montré qu’un seuil de dépose à 800 g / min permettait de gagner une trentaine de secondes sur une traite moyenne de huit minutes par vache.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer