Edito

Vénéré puis oublié

Le printemps est à l’heure. Grand soleil sur la Bretagne depuis le 21 mars. Le printemps est à l’heure, mais tout le monde rentre aux abris ! Sauf les vaches qui, dès cette semaine, sont sorties de leur long confinement hivernal en s’offrant une cavalcade de printemps dans les vertes pâtures. La chance ! Elles ont pris la clé des champs et leur patron a pris la clé pour s’enfermer à double tour.

Presque inconnu il y a encore six mois, le Covid-19 dicte sa loi de terreur sournoise. Les humains qui avaient cru pouvoir s’élever au-dessus de la nature redécouvrent qui est le maître dans la maison. L’illusion et les artifices d’une société hors-sol de béton et de pacotille se brisent sur les spikes d’un tout petit virus. Le doute des lendemains a resurgi dans nos vies 2.0 « risque zéro » ; chamboulant les priorités sur l’échelle des besoins vitaux.

En cette période de confinement, une chose reste essentielle : assurer son alimentation. Nous voilà presque revenus au temps des sociétés primitives qui passaient l’essentiel de leur temps à traquer le gibier et à cueillir l’engrain. Les longs trajets de jadis pour atteindre les généreuses plaines fertiles sont remplacés par les longues attentes devant les magasins pour faire main basse sur un chou-fleur Prince de Bretagne ou une boîte de pâté Hénaff. Après tant d’années de dénigrement – et peut-être pire encore : d’indifférence – les agriculteurs sont en passe d’être vénérés comme « saint Isidore le Laboureur » et applaudis comme les héros du milieu soignant. Phénomène durable ou épiphénomène de circonstance ? « A riskl ur wech tremenet, ar sant ‘zo prest disoñjet », dit ce proverbe breton riche de vécu : « Une fois le danger passé, le saint est vite oublié ».

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer