Energies et environnementTop

Le photovoltaïque paie le bâtiment en 15 ans

En construisant un bâtiment agricole monopente standardisé de 555 m2 et équipé d’une centrale photovoltaïque de 100 kW, la revente de l’électricité couvre le montant des annuités pendant 15 ans et il reste ensuite 5 ans de contrat pour gagner un peu d’argent.

L’entreprise Triangle spécialisée dans la construction de bâtiments agricoles mais aussi dans l’énergie solaire arrive en Bretagne avec une offre de bâtiment type équipé d’une installation photovoltaïque. « Nous partons sur des bâtiments de taille standardisée de 42 m de long sur 13,20 m ou 16,40 m de large afin de rationaliser la fabrication de la charpente à l’usine et d’être le mieux placé possible au niveau prix. Le bâtiment monopente en 13,20 m de large fait 4 m de hauteur côté Sud et 7,30 m côté Nord. Le hangar de 555 m2 de surface est dimensionné pour accueillir une installation photovoltaïque de 100 kW de puissance », décrit Kevin Millet, commercial Triangle Énergie sur la Bretagne.

Un bâtiment clé en main

Triangle Énergie va assurer toutes les étapes du projet du permis de construire en passant par la demande de raccordement de l’installation solaire, la réalisation des fondations, le montage du bâtiment, l’installation de la centrale photovoltaïque jusqu’à sa mise en service. « Il faut compter environ 18 mois entre le dépôt du permis de construire et la mise en service de l’installation photovoltaïque », précise Kévin Millet. Très souvent c’est le chiffrage fait par Enedis du coût de raccordement entre le compteur (point de livraison) et le transformateur qui va déterminer la faisabilité du projet. « Nous ne facturons rien avant le chiffrage réalisé par Enedis car en moyenne un dossier sur 10 ne passe pas à cause du surcoût lié au raccordement ou au changement de transformateur. »

53 000 € de bénéfices

« Ce bâtiment va s’autofinancer en 15 ans grâce à la revente de l’électricité produite par la centrale solaire », lance le commercial de Triangle Énergie. Le coût du bâtiment type est de l’ordre de 125 000 € (hors terrassement). Il comprend : les fondations, la charpente, la couverture, le bardage 3 faces (ouvert face Nord), la fourniture et la pose de la centrale photovoltaïque, les frais administratifs et la liaison privative entre le bâtiment et le compteur. Il faut ajouter 12 300 € pour la convention de raccordement (estimatif car ce n’est jamais le même montant) à verser à Enedis. « En moyenne une installation de 100 kW va produire 114 000 kWh/an dans le Finistère. Le tarif de rachat fixé pour le premier trimestre étant de 0,10 €/kWh, la revente de l’électricité génère 11 980 € brut par an. On déduit 800 € d’assurance, 750 € de location de compteur et 600 € de maintenance, ce qui donne 9 930 € net par an. » La simulation de prêt sur 15 ans, avec un apport de 6 875 €, donne des annuités de 9 710 €/an ce qui prouve que la revente de l’électricité couvre bien les annuités de l’emprunt. « Les 5 dernières années de contrat de revente de l’énergie vont rapporter un peu plus de 53 000 € déduction faite de l’impôt sur les sociétés. On peut imaginer qu’après les 20 ans un nouveau contrat pourra être signé ou encore envisager de l’autoconsommation », conclut Kévin Millet.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Un commentaire

  1. Une belle photo d une installation photovoltaïque de 250 kw réalisée par le groupe AlloSun sur le secteur Finistérien
    Merci
    Bonne journée

Bouton retour en haut de la page
Fermer