En bref

L’objectif de 50% d’oeufs français en alternatif devrait être atteint fin 2020

L’objectif que s’était fixé, en 2016, l’interprofession de l’œuf (CNPO) de produire 50% des œufs français dans des modes d’élevage alternatifs (bio, plein air, sol) d’ici 2022 pourrait être atteint plus tôt que prévu, a annoncé le vice-président Loïc Coulombel, lors d’une conférence de presse le 16 avril. «Si nous continuons sur le même rythme, nous y serons fin 2020», a-t-il déclaré, avant d’alerter sur le «respect de l’équilibre entre offre et demande». En 2018, 42,2% des poules étaient élevées en alternatif (contre 36,7% en 2017). Le plein air (hors Label Rouge) atteint 16,4% (15,7% en 2017), le Label rouge 5% (4,4%), le bio 12,9% (10,2%), et le sol 8% (6,4%). Côté consommation, les ventes (toutes catégories confondues) progressent en grandes surfaces (+1,9% en volume ; +3,5% en valeur). «Les oeufs alternatifs sont le moteur de la consommation», a expliqué le secrétaire général du CNPO Maxime Chaumet. Chez les adultes, la consommation se développerait notamment autour du brunch.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer