FinistèreMachinisme et équipementsTop

Réparer et entretenir sa tronçonneuse

Christophe Noël rappelle les bons gestes à avoir pour démarrer et entretenir sa tronçonneuse. Il est intervenu à la demande d’élus MSA du canton de Pont-de-Buis.

Quoi de plus désagréable au démarrage d’un chantier de bois qu’une tronçonneuse qui peine à démarrer, ou qui est mal réglée… Pour pallier ces différents désagréments, les élus de la MSA du canton de Pont-de-Buis ont organisé une formation à la maîtrise et à l’entretien de cet engin de coupe, sans oublier d’aborder les aspects de sécurité au travail. Christophe Noel, formateur professionnel, a prodigué des conseils très pertinents.

Bien démarrer

Le nettoyage du filtre à air est une opération journalière, qui peut entraîner quand ce filtre est encrassé des problèmes au démarrage. « L’entretien d’une tronçonneuse se réalise toujours avec le starter enclenché, afin de boucher le carburateur et ainsi empêcher les impuretés d’accéder au moteur », préconise le formateur. Le mélange air/carburant respectera avec un bon réglage la proportion d’un gramme d’essence pour 15 grammes d’air.

« La tronçonneuse se démarre au sol ou entre les jambes », poursuit Christophe Noel. Si la chaîne tourne quand la tronçonneuse est au ralenti et que le frein de chaîne n’est pas actionné, c’est sans doute du côté des ressorts de masselotte qu’il faut regarder. « Les ressorts de masselottes sont situés sous la cloche. De nombreux modèles sont équipés de 3 ressorts. Une chaîne qui tourne au ralenti peut venir blesser les mains, c’est pourquoi ils sont à vérifier ». La repose de la cloche se fera correctement, car elle dispose d’une patte qui entraîne la pompe à huile, nécessaire pour la lubrification de la chaîne.

Problèmes de compression ?

En cas de problème de compression de la tronçonneuse, Christophe Noel conseille de démonter le pot d’échappement. « On peut alors observer le piston, vérifier qu’il n’est pas rayé. Dans la majorité des cas, ce piston est rayé côté échappement ». Les tronçonneuses professionnelles sont réglées électroniquement au niveau du carburateur. Si un déréglage est constaté, il suffit de laisser le levier (qui sert aussi à actionner le starter) « 1 minute 30 sur la position triangle. La machine va alors se réinitialiser ».

Les 3 ressorts vont ramener les masselottes au centre, quand le moteur est au ralenti. Si un ressort est cassé, la chaîne tournera tout le temps. Une cloche se positionne sur ces masselottes, elle actionne aussi la pompe à huile.
Les 3 ressorts vont ramener les masselottes au centre, quand le moteur est au ralenti. Si un ressort est cassé, la chaîne tournera tout le temps. Une cloche se positionne sur ces masselottes, elle actionne aussi la pompe à huile.

La bonne tension

« Une chaîne se tend, elle ne se détend pas », prévient le formateur. Le guide est légèrement orienté vers le haut lors de la tension. Si le guide est mal positionné, « la chaîne va se détendre quand on appuiera sur l’arbre. La chaîne est tendue quand les maillons d’assemblage touchent le guide. La chaîne ne ballotte pas, mais conserve une petite souplesse ». Le guide est à retourner toutes les semaines, pour garder une usure uniforme.

10 points de sécurité

Toutes les tronçonneuses disposent de 10 points de sécurité, obligatoires. Le frein de chaîne, la double gâchette des gaz, le bouton marche/arrêt à proximité de la main, la poignée antidérapante, la chaîne anti-rebond, la protection de la main avant et arrière font partie des équipements à avoir pour garantir un travail en sécurité. À cela s’ajoutent la protection du guide, les cylindres blocs antivibratoires et l’ergo anti-enroulement. « Cet ergot est à changer impérativement s’il est cassé. Il évite les blessures à la main, la chaîne viendra taper 3 ou 4 fois s’il est absent et que la chaîne casse ou quitte le guide ». Les tronçonneuses de gammes professionnelles sont plus résistantes, notamment concernant cet ergot anti-enroulement.

Règles d’abattage
« Je me suis fait une grosse frayeur un jour en abattant un arbre », témoigne un participant à la journée de formation. Cette prise de conscience a permis aux agriculteurs de revoir les règles d’abattage de base. « On est en sécurité au pied de l’arbre, à condition que l’espace ait été nettoyé ». Pour faire tomber un arbre, on démarre toujours par la réalisation d’une entaille, avec le plafond dans un premier temps, puis le plancher. « On ne coupe jamais la charnière, sinon la chute de l’arbre n’est plus maîtrisée ». L’observation de l’environnement est aussi à vérifier, comme le sens du vent ou la distance de sécurité à respecter, à l’aide d’un dendromètre ou d’une croix de bucheron.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer