Cultures

La filière blé noir veut se renforcer

Il existe une seule indication géographique protégée (IGP) blé noir en Europe : elle est bretonne. Pour conforter sa rentabilité, la filière a cependant besoin d’améliorer sa logistique.

Le poids moyen de blé noir transporté par caisson mis en bout de champ à la moisson est de 3,5 t. La conséquence d’une production atomisée sur le territoire. Avec pour conséquence directe, un coût logistique élevé pour les trois collecteurs (Triskalia, Agrial et Roul’Agrinov) agréés par l’association « Blé noir tradition Bretagne ». Un coût d’autant plus élevé que le cahier des charges de l’IGP impose un délai maximum de 48 heures pour le séchage après récolte. « Question qualité de produit », explique Franck Adenys, président de l’association, qui rappelle le cœur de l’IGP : « Cultiver, sécher, stocker et écraser en Bretagne ». Il précise : « Et garanti sans résidu de pesticide, autant en conventionnel qu’en bio ».

Le blé noir breton sous IGP représente 3 000 ha cultivés par 350 producteurs. « En 2018, nous avons été contraints de maîtriser les surfaces pour écouler les stocks importants réalisés en 2017. Non pas du fait des producteurs bretons, mais de céréaliers qui ont semé du blé noir en couverts végétaux après orge… et qui l’ont finalement récolté en sec », explique Michel Le Friant, responsable du pôle céréales chez Triskalia. En 2017, la production française a ainsi bondi à 30 000 t pour une consommation de 25 000 t. Avec en corollaire, une chute des prix. Après une campagne de maîtrise des surfaces à 900 ha en 2018, Triskalia prévoit d’emblaver 2 000 ha en 2019 (dont 500 ha en bio). Avec un prix de base annoncé de 500 €/t auquel s’ajoute une bonification de 50-60 €/t selon la qualité. En bio, le prix est de 700-750 €.

Engagée depuis 2010 en IGP, la filière bretonne souhaite

désormais mieux asseoir la production pour la pérenniser, notamment en démultipliant les sites de séchage et de stockage sur le territoire. « Produit à forte identité régionale, le blé noir présente un fort intérêt agronomique. Il s’agit d’une culture nettoyante qui s’intègre bien dans une rotation légume, entre autres en bio, mais aussi en système conventionnel », fait observer Michel Le Friant. Un message à l’adresse d’Olivier Allain, vice-président du Conseil régional, et de Jean-Marie Jacq, conseiller, invités sur le site de séchage de Triskalia, à Évellys (56), pour découvrir cette culture qui fait partie du patrimoine breton.

Une consommation en hausse
La Bretagne cultive majoritairement la variété Harpe, de type argenté. Le rendement moyen est de 11 q/ha pour cette culture semée fin mai et récoltée en septembre à 22-23 % d’humidité. Les impuretés et l’humidité représentent 30 % du poids brut. Réputé convenir aux sols pauvres, le blé noir apprécie en fait les terres à reliquat et peut tolérer un pH inférieur à 5,5. La production intérieure couvre 20 % de la consommation nationale, en augmentation régulière de 8 à 10 % par an. La France importe du blé noir de Chine, mais aussi des pays de l’Europe de l’Est et du Canada.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer